© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

samedi 2 décembre 2017

EMPREINTES N° 30, Revue d'art et de littérature, Éditions de L'Usine, Automne 2017




Couverture, Lithographie de Nicolas Henri Jacob



• Empreintes n°30 – Automne 2017 – 8 euros
• Abonnement 4 numéros : 30 euros


Éditions de l'Usine
102, Bd de la Villette
75019 Paris

CONTACT : Claude BRABANT → 01 42 00 40 48

COURRIEL / e-mail : brabant.claude[at]noos.fr


SITE des éditions et de la galerie d'art → ici


☰ ☲ ☰


Empreintes est « une revue d'art et de littérature qui publie des œuvres inédites d'artistes et d'auteurs contemporains, qui va chercher dans le fond des bibliothèques des écrivains oubliés, qui s'intéresse aux sites et aux artistes d'art brut, aux fous littéraires, aux curiosités de bibliophilie. […] ».


Au sommaire du numéro 30 se croisent donc,

◘   LITTÉRATURE   ◘



des auteurs disparus :



Robert Caze (1853-1886) : mort à 33 ans des suites d'un duel avec Charles Vignier.
Journaliste ; poète → Les poèmes de la chair, 1873 ; Ritournelles, 1879 ; Poèmes rustiques et Les Parfums ; écrivain : plusieurs romans  → Les deux bustes, Femmes à soldats, La Semaine d'Ursule, Grand-Mère, L'élève Gendrevin, le martyre d'Annil réédité en 2010 par les éditions du Lérot --- plusieurs recueils de nouvelles  → Les bas de Monseigneur, Dans l'intimité et enfin Paris vivant, publié en 1885, dont ce numéro 30 relaie des extraits.

Louis Perceau : en 1920, dans la « Bibliothèque des curieux », publication sous le pseudonyme du Docteur Ludovico Hernandez : Les procès de sodomie du quinzième, seizième et dix-septième siècles, extraits des manuscrits 10969 et 10970 de la Bibliothèque Nationale. 
Ce numéro 30 reprend quatre de ces procès. 

Gustave Frison : caricaturiste, né à Valenciennes en 1850, ayant collaboré à de nombreux périodiques, comme « Le Musée comique »« Le troupier », « La Galerie comique » et « Le bossu ».
Empreintes n° 30 reprend quatre histoires comiques ornées de petits dessins, tirées de « Les aventures du colonel Ronchonnot » (un militaire d'une ignorance crasse mais d'un bon sens jamais en défaut), celles-ci publiées dans La petite bibliothèque illustrée, tous les samedis pendant 50 ans (de 1884 à 1937).


et des auteurs contemporains :



◘ Catherine Gil Alcala  : 

Écrit principalement des pièces de théâtre et de la poésie. Certaines de ses pièces ont été jouées ou ont fait l'objet de performances. En juin 2017, publication de « La Somnambule dans une traînée de soufre ».
Elle a aussi publié aux Éditions de la maison brûlée « James Joy fuit... » et « Les bavardages sur la muraille de Chine », en 2015. Et en 2016 : « La Tragédie de l'âne », « Zoartoïste et autres textes », « Les Farces philosophiques », ces dernières retenues par le N°30 de la revue Empreintes → extrait ci-dessous.

Les Farces philosophiques


[…]

Le soupir invertébré
et lugubre d'un chat ocelot électrise
l'assemblée des civilisations hétéroclites

(Le chœur de l'assemblée, Le chat ocelot)


Le chœur de l'assemblée : Le soupir invertébré et lugubre d'un chat ocelot électrise l'assemblée des civilisations hétéroclites, qui croient entendre les prédictions d'une divinité mort-née dans son tombeau de rosée, flottant dans les airs au-dessus de leurs têtes creuses comme des tambours.

Le chat ocelot : Quelque chose se creuse dans mon estomac et dans la voie lactée.

Le chœur de l'assemblée : Passe-moi le beurre salé ! Male poisse qui est tombée sur nous à l'heure où la mer est basse. Les friselis sur l'eau d'un cri perdu dans le lointain nous font frémir, nous redoutons une manifestation de la déesse relâchant les bêtes de ses cauchemars.
Et un peu de vin ! Son front d'airain veut dépeindre la guerre à sa fantaisie, car elle est artiste et mélancolique.
Le fromage et la cerise sur le gâteau, c'est qu'elle fomente des malédictions anthropophages avec sa sœur la gale ! Elles font risette et tout le monde sursaute !

Le chat ocelot : Mon reflet est pareil à une tortue d'eau à cause de mon pelage d'écailles. Mes yeux sont deux poissons globuleux, mon feulement hérisse l'onde presque endormie d'ennui. […] 


*


◘  Patrick Lepetit :

Texte « Ma journée dans la jungle de Calais », narrant des rencontres en ce lieu, sur le fil de la Fraternité, le 23 juillet 2016, 10 heures.
Témoignage accompagné de photographies de Patrick Houque.


  ◘ 


◘   ART  ◘



Artiste disparu



Nicolas Henri Jacob (1782-1871) : Outre la lithographie ornant la couverture de ce numéro (ci-dessus), la revue Empreintes en présente neuf autres tout aussi impressionnantes, également tirées du Traité complet de l'anatomie humaine.




Artistes contemporains



Pierre-André Sauvageot : Photomontages.




«  Dans les photomontages de Pierre-André Sauvageot, la chair des statues s'incorpore parfaitement au paysage. Trempant les pieds dans l'eau, endormie sur le rivage, assise en contemplation, échouée sur le rocher ou se baignant au milieu des vagues, chaque posture habituelle entretient l'ambiguïté entre la chair de la statue et celle du corps humain.
Un corps qui serait figé dans un paysage élémentaire composé uniquement de rochers, du ciel et de la mer. Un corps triomphant, qui semble poussé hors du rocher par son désir de naître au monde et sur qui semble peser une immobilité définitive. […] » Note Revue Empreintes

► Quatre autres beaux photomontages d'une grande élégance sont présentés par la revue.



*


Philippe Michaëlef : douze dessins sur le thème « Les chiens de l'enfer », sortis d'un riche imaginaire singulier.




Deux des 12 dessins de P. Michaëlef, 
présents dans la revue



*


Pierre Petiot : l'auteur nous éclaire sur les « réseaux de neurones formels » et sur le fonctionnement du réseau dans sa version publique : le réseau de neurones formels « Deep Dream », créé par Google, et dont il est question dans son article.

«  Les réseaux de neurones formels sont des modèles extrêmement simplifiés de neurones biologiques, simulés au moyen d'un ordinateur.
[...]

Leurs principaux emplois actuels dans l'industrie ou la recherche sont la reconnaissance, l'identification et la classification de formes, qui peuvent être visuelles ou graphiques, fixes ou animées (vidéo), mais aussi bien sonores (reconnaissance de la parole) ou tout à fait autres comme en biochimie pour la reconnaissance de séquences d'ADN, le diagnostic médical ou même hélas pour la spéculation boursière.
[...]

Le réseau « Deep Dream » a été entraîné à identifier des animaux dans les images qu'on lui présente. Et il le fait raisonnablement bien. Il les imagine là où nous n'en voyons pas. […] Si on le stimule avec un peu d'insistance et en profondeur, il lui arrive de détecter aussi des visages d'êtres de nature vaguement anthropomorphes, quasi elfiques. […]
[...]

Les réseaux de neurones formels actuels sont constitués de couches de neurones interconnectés – à l'image des couches de neurones du cerveau. Et c'est précisément parce qu'on ne comprend pas bien ce qui se passe à l'intérieur de ces réseaux que Google a entrepris de le visualiser, donnant naissance à « Deep Dream » dont l'objectif initial était de comprendre l'activité des différentes couches de réseau au cours des étapes successives de la reconnaissance des formes.

Du point de vue d'une esthétique expérimentale, il peut être intéressant de jouer avec les résultats de la visualisation de ces différents niveaux... Plus on approfondit et plus l'image se peuple d'animaux inconnus, étranges. Ainsi, alors que j'avais essarté la jungle du fond de mon jardin pour y mettre quelques ruches et que les abeilles, tardant à arriver, l'endroit me semblait un peu vide, j'ai utilisé « Deep Dream » pour peupler ce qui était devenu trop désert. Je n'ai pas été déçu... A peine quelques oiseaux d'abord, puis une kyrielle d'animaux fantastiques...

[…]  » Pierre Petiot



Esthétique expérimentale

de Pierre Petiot



► 1ère étape : fond du jardin

quasi désert









► 2ème étape : dans le fond du jardin,

apparition de quelques oiseaux



→ VOIR photo de cette apparition
dans la revue EMPREINTES n°30





► 3ème étape : dans le fond du jardin,

apparition d'une kyrielle 

d'animaux fantastiques





Vue partielle de l'apparition de la kyrielle d'animaux fantastiques


Vue complète de l'apparition 
→ A VOIR dans la revue EMPREINTES n°30



► ► La revue EMPREINTE N°30 présente aussi le surprenant tableau intitulé « Last day of Corinth revisited », créé par le peintre Bernard Dumaine qui s'est servi du logiciel Deep dream pour le réaliser (en 2016) d'après un détail d'une peinture de Tony Robert-Fleury.

◘ - ◘


R A P P E L



• EMPREINTES N° 16 – Octobre 2010 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N° 17 – Printemps 2011 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°18 - Octobre 2011 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°20 - Automne 2012 et EMPREINTES N°21 - Printemps 2013 → Comptes rendus ici

• EMPREINTES N°22 - Automne 2013 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°23 - Printemps 2014 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°24 - Automne 2014 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°25 – Printemps 2015 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°26 – Automne 2015 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°27 - Joël GAYRAUD « Virginia TENTINDO », Printemps 2016 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°27 - SOMMAIRE COMPLET, Printemps 2016 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°28 – Automne 2016 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°29 – Printemps 2017, Alain PRILLARD EN SA DEMEURE, Texte inédit de Joël GAYRAUD et SOMMAIRE N°29 → Compte rendu ici



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire