© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

mercredi 26 octobre 2016

EMPREINTES N° 28, Revue d'art et de littérature, Automne 2016



Couverture, © Photographie de Claude BRABANT, une oratrice
(Speaker's Corner dans Hyde Park à Londres)


• Empreintes n°28 – Automne 2016 – 8 euros
• Abonnement 4 numéros : 30 euros


Éditions de l'Usine
102, Bd de la Villette
75019 Paris

CONTACT : Claude BRABANT → 01 42 00 40 48

COURRIEL / e-mail : brabant.claude/ / noos.fr

(A NOTER : afin de rendre l'e-mail actif,
le signe @ doit remplacer les signes / / )


SITE des éditions et de la galerie d'art → ici


☰ ☲ ☰


Empreintes est « une revue d'art et de littérature qui publie des œuvres inédites d'artistes et d'auteurs contemporains, qui va chercher dans le fond des bibliothèques des écrivains oubliés, qui s'intéresse aux sites et aux artistes d'art brut, aux fous littéraires, aux curiosités de bibliophilie. […] ».

Au sommaire du numéro 28 se croisent donc deux auteurs contemporains : Jean Demélier (extraits de deux textes plaisants de cet écrivain, également artiste) ; Jehan van Langhenhoven (avec un texte enlevé dans le registre poésie) et des auteurs disparus mais refaisant surface, comme : Edouard Pépin (dans le registre anticlérical), Gabriel Peignot (dans le registre des particularités peu connues), Eugène Mouton (dans le registre prophétique), Auguste de Frarière (dans le registre réflexif).
Un article de Claude Brabant, accompagné de ses photographies, a pour thème le coin des orateurs dans Hyde Park à Londres où a été saisi sur le vif le fil de quelques discours et doléances, déroulé par le menu dans la revue.
Quand Bernard Briantais (présent dans Empreintes 26 → ici) revient avec une série « excessivement réaliste et complètement déjantée » de dix dessins amarrés aux bancs publics, Vincent Guesdon, quant à lui, illustre « une journée à l'hôpital psychiatrique » avec l'impact de personnes masculines aux traits expressifs souvent attachants. Et, Swen orne brillamment le texte « La fin du monde » d'E. Mouton.


SOMMAIRE N°28



◘ ÉCRITURE, POÉSIE ◘



~ Jean DEMÉLIER ~

écrivain et peintre

« L'ange et moi »

« […] mon ange à moi, il se tient dans mon encre, dans mon stylographe, dans mon crayon, dans mon pinceau et il circule dans le ruban de ma machine à écrire, dans chaque mot, dans chaque lettre, parfaitement enfoui sous l'innombrable forme, en permanence indéfinie. Et il ne bat pas de l'aile, croyez-moi, ce sont ses ailes qui me battent, tendrement, en silence, par en dedans. […]

[…] Voyez-vous, il ne faut jamais tergiverser avec les anges car ils ont l'intime souci de toutes nos belles préoccupations et parce que ce sont eux qui se faufilent entre antimatière et matière, animés par leur seul et indéchiffrable sourire. […]

ADDENDA
I – Il est urgent d'apprendre à caresser les anges à rebrousse-plume.
[…] »

J. Demélier

(Ce texte a été publié à l'occasion de l'exposition
« La Chapelle Sixteen du pauvre »
à la galerie A l'enseigne des Oudin
Paris novembre 1998)

°

« Brefs prolégomènes à un système politique prochain »


Prolégomènes farfelus et croustillants listant des obligations et des interdictions passibles de répression pénale, d'amendes (générant des recettes), et créatrices de postes et d'emplois...

«  Abominable lecteur, mon amical frère-ennemi, rassure-toi, ce qui suit n'est pas, au moins, de la littérature.

[…]

Blue-jeans :
Le port des pantalons dénommés « blue-jeans » est interdit dans tout le pays, autant dans les rues que sur les places, cinémas et théâtres, de quelque lieu public qu'il s'agisse. Tout contrevenant à la Loi aura à payer une amende de 2000 francs. Des timbres fiscaux seront en vente dans les débits de tabac, chez les marchands de journaux, hélas, et dans les librairies. […]
Des postes de contrôleurs seront crées à cet effet. Cinquante mille emplois sont prévus. Il est rappelé que le port du vêtement dénommé « jeans » n'est autorisé que dans les toilettes privées, à l'exclusion de toute autre partie de la surface d'un appartement, quelle qu'en soit la taille. Il est également à noter qu'un projet concernant l'abolition du port des blousons de cuir noir dans tous les lieux publics est à l'étude. […] ».

J. Demélier

(Texte paru en 1997 à L'Equipement de la Pensée)

R E V U E : Prolégomènes à propos de : Gants ; Préservatifs ; Fleurs ; Impôts et peintres ; Chewing-gum ; Stéréophonie ; Parties mitoyennes.


Jehan van LANGHENHOVEN ~  

Poète

Long poème inédit percutant.  


 Tueur de pauvres 


Pas plus de cœur que

d'esprit pour 
cette identité brutale
ce tatoué de l'intérieur
ce dur à cuire
le langage sur le grill
rougi à blanc qu'aux heures
fastes de l'ivresse lui concède
parfois l'imaginaire
Ainsi donc sentencieux
Spermatikos-Logos
le marin saoul des origines
qui voix de foutre et d'or
éructant ferme du cratère
entre deux bordées
soudain souffle souffle :

A chacun...

A chacun son livre
de la pauvreté et de la mort
Pour preuve :

JE SUIS LE TUEUR !

[...] 

J. van Langhenhoven


~ Claude BRABANT ~


SPEAKERS'S CORNER

«  Le coin des orateurs est un espace réservé dans Hyde park, ces 140 hectares de verdure en plein centre de Londres. Speaker's Corner existe depuis 1872. N'importe qui peut venir y parler et dire n'importe quoi. Tout est permis. […] On y voit s'épanouir le politiquement incorrect. Dans cet espace de liberté, la folie est chez elle.

[…]


© Photographie de Claude BRABANT, un orateur
(Speaker's Corner dans Hyde Park à Londres)

Un anglais avec un chapon melon attend patiemment, perché sur son escabeau, que quelqu'un veille bien s'intéresser à lui. C'est là le drame de l'orateur. Il ne peut pas se mettre à parler tout seul. Il lui faut absolument quelqu'un qui l'écoute. Obligé de se contenter parfois d'un auditeur unique, il court le risque de le voir partir en plein milieu de son discours qu'il est alors forcé d'interrompre. Heureusement, il y a dans la foule un certain nombre de contradicteurs amateurs qui viennent se porter au secours des orateurs abandonnés par leur public. Ils n'ont pas d'idées personnelles à défendre mais ils sont ravis d'attaquer celles des autres. En apportant la contradiction, ils font monter l'intérêt pour l'orateur en même temps qu'ils brillent à ses dépens. […] »

C. Brabant

R E V U E : Discours et doléances diverses d'autres orateurs, accompagnés de photographies de l'auteur.



~ Gabriel PEIGNOT ~

(1767 - 1849)

Bibliographe le plus savant du XIXe. Immense érudit ayant à son actif d'innombrables écrits traitant de « particularités piquantes ou peu connues ».

• ÉNIGMES GÉNÉALOGIQUES •

Gabriel Peignot a relevé des cas réels de situation familiale compliquée qu'il nous rapporte sous forme de devinettes en précisant qu'il sera très difficile pour nous d'en trouver la solution.

G. Peignot rapporte qu'il s'est fait à Birmingham, en mars 1825, un baptême où l'on a vu figurer deux pères, deux grands-pères, deux beaux-pères ; deux mères, deux grands-mères, deux belles-mères ; deux beaux-frères, deux belles-sœurs ; deux maris, deux femmes ; deux oncles, deux tantes. Maintenant comptez bien sur vos doigts, dit-il, vous trouverez là vingt quatre personnes.
Et cependant il est très certain qu'il n'y avait que quatre individus présents. Devinez !

R E V U E : quatre autres cas remarquables pour leur extraordinaire complexité.


• LES CHRONOGRAMMES •

Le chronogramme remonte à une assez haute antiquité.
On appelle Chronogramme (du grec chronos, temps, et gramma, lettre) une inscription en prose ou en vers dont les lettres numérales (en chiffres romains) offrent la date d'un événement.

R E V U E : Explication du calcul du chronogramme et exemples concrets.



~ Auguste de FRARIÈRE ~


L'ÉDUCATION ANTÉRIEURE

• 24 février 1855 : article élogieux de Victor Meunier (journaliste scientifique) dans le journal « La Presse » à propos du livre d'Auguste de Frarière exposant sa théorie de l'éducation antérieure.
• L'Académie des Sciences, à qui A. de Frarière avait adressé sa découverte, avait pourtant trouvé ces hypothèses farfelues.
• 1865 : réédition de l'ouvrage sous le titre « Les influences maternelles » par A. de Frarière ayant trouvé des adeptes à sa théorie.

« […] De ces idées, si elles sont exactes, résulterait pour notre espèce la possibilité d'un développement intellectuel prodigieux. Et c'est par les femmes, par elles seules, que ce progrès sans limite pourrait s'opérer, de sorte qu'elles tiendraient entre leurs mains la destinée du genre humain.
[…] Selon M. de Frarière, il se passe pendant la gestation, dans la sphère intellectuelle et morale, des choses exactement parallèles à celles qui ont lieu dans le domaine physiologique. C'est durant la grossesse qu'à tous les points de vue l'action maternelle atteint son maximum. La mère peut inculquer à son enfant en voie de formation des facultés et des goûts que l'éducation après la naissance développe mais ne crée pas. De là l'éducation antérieure. […]
La première éducation de l'enfant se fait alors qu'il est encore sujet à toutes les impressions que sa mère peut éprouver avant de lui donner le jour. Si la mère se livre pendant sa grossesse à des occupations uniformes, excluant toute activité de l'esprit, l'enfant n'aura que des capacités très ordinaires. […] Si la mère se livre à des occupations qui exercent ses idées et forcent les ressorts de l'âme jusqu'à produire l'exaltation, alors l'enfant participe à coup sûr de ces facultés extraordinaires. […] ».

V. Meunier

R E V U E : Troublantes observations personnelles de M. de Frarière pour argumenter, et asseoir sa théorie.


~ ET AUSSI … ~



Edouard PÉPIN (pseudonyme de Claude Guillaumin, 1842-1927, caricaturiste politique et peintre) : album anticlérical. 

Eugène MOUTON (1823-1902, écrivain) : « LA FIN DU MONDE » : texte à la fois prophétique et visionnaire où, avec un siècle et demi d'avance, est décrite la situation dans laquelle le monde se trouve aujourd'hui.



◘ A R T ◘



~ Bernard BRIANTAIS ~


« BANCS PUBLICS »




© Bernard Briantais, dessin série « Bancs publics »


«  [...] état contradictoire entre le réel et l'imaginaire, entre le conscient et l'inconscient, entre la vie diurne et la vie nocturne que les dessins de Bernard Briantais semblent vouloir montrer. Une contradiction que le dormeur étendu sur le banc parvient à maintenir en équilibre. C'est peut-être l'artiste lui-même qui est en train de rêver. Son corps tatoué est comme un tableau. Dans son sommeil, il échappe pour un moment à la folie qui l'entoure. »

Claude Brabant


R E V U E : neuf autres ravissantes scènes oniriques.



~ Vincent GUESDON ~


Une journée à l'hôpital psychiatrique








© Dessin et texte (extrait) Vincent Guesdon



R E V U E : dessins de plusieurs groupes de visages poignants axés sur les mines et mimiques reflétant l'état intérieur.
Présence de quelques personnages en buste ou en pied.


~ SWEN ~



Sur une double page, une superbe création grouillante en chaos et s'enlisant dans la terre menaçante sous un soleil en fusion, dépeint « La fin du monde » d'Edouard Mouton.


☰ ☲ ☰



R A P P E L



• EMPREINTES N° 16 – Octobre 2010 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N° 17 – Printemps 2011 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°18 - Octobre 2011 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°20 - Automne 2012 et EMPREINTES N°21 - Printemps 2013 → Comptes rendus ici

• EMPREINTES N°22 - Automne 2013 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°23 - Printemps 2014 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°24 - Automne 2014 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°25 – Printemps 2015 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°26 – Automne 2015 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°27 - Joël GAYRAUD « Virginia TENTINDO », Printemps 2016 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°27 - SOMMAIRE COMPLET, Printemps 2016 → Compte rendu ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire