© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

mardi 12 juillet 2016

EMPREINTES N° 27, Revue d'art et de littérature, Printemps 2016



Couverture, Sculpture de Virginia Tentindo


• Empreintes n°27 – Printemps 2016 – 8 euros
• Abonnement 4 numéros : 30 euros


Éditions de l'Usine
102, Bd de la Villette
75019 Paris

CONTACT : Claude BRABANT → 01 42 00 40 48

COURRIEL / e-mail : brabant.claude/ / noos.fr

(A NOTER : afin de rendre l'e-mail actif,
le signe @ doit remplacer les signes / / )


SITE des éditions et de la galerie d'art → ici


☰ ☲ ☰



Empreintes est « une revue d'art et de littérature qui publie des œuvres inédites d'artistes et d'auteurs contemporains, qui va chercher dans le fond des bibliothèques des écrivains oubliés, qui s'intéresse aux sites et aux artistes d'art brut, aux fous littéraires, aux curiosités de bibliophilie. […] ».

Au sommaire du numéro 27, outre le remarquable carnet artistique consacré à Virginia Tentindo (sculpteur surréaliste) par Joël Gayraud, se croisent donc auteurs disparus puis oubliés et publiés à nouveau et auteurs contemporains, ainsi que deux autres artistes à l’œuvre originale : Philippe Michaëlef et Jean Hurpy.
Un article de Claude Brabant, accompagné de ses photographies, a pour thème les manifestations douloureusement concrètes du syndrome de Diogène.


SOMMAIRE N°27



◘ ÉCRITURE , POÉSIE ◘



~ Alphonse KARR ~


« De près ou de loin » (1862) 

Recueil d'anecdotes, faits divers et réflexions où l'écrivain (ami de Victor Hugo, rédacteur en chef du Figaro, auteur de la revue satirique « Les guêpes » et de nombreux livres, romans, nouvelles) s'engage avec enthousiasme et véhémence dans l'actualité de son époque à travers les sujets les plus variés et inattendus.

La revue Empreintes a retenu entre autres, parmi plusieurs sujets présentés :

RECETTE CONTRE LES INDISCRÉTIONS DU TÉLÉGRAPHE 

«  […] on me dira qu'on ne peut cacheter une dépêche télégraphique, je répondrai que ce ne sont pas les moyens qui manquent. Le moyen que je conseille est celui-ci ; il n'y a rien, je crois, dans les règlements qui le prohibe et il est très facile : Faites un alphabet avec votre correspondant, donnez aux lettres ordinaires une autre valeur, renversez l'alphabet, convenez que z sera a, par exemple, que b sera y, que c sera x et vice-versa. Vous écrivez à une femme :

PX DKEG ZYMU

Il n'y aura qu'elle qui saura que vous lui avez écrit : Je vous aime.
Et vraiment, il y a comme cela un certain nombre de choses qui ne se peuvent guère dire tout haut et devant témoins.



~ AUTEUR ANONYME ~



Catéchisme libertin à l'usage des filles de joie 
et des jeunes demoiselles
qui se décident à embrasser la profession


Texte érotique, construit sous forme de « demandes » (questions) suivies de réponses, et publié une première fois en 1791, sans nom d'auteur et d'éditeur. Il a été réédité sans nom d'auteur, en 2001, dans la collection L'enfer des éditions Blanche.
► Revue : extraits de ce catéchisme érotique accompagnés d'illustrations de la même veine.



~ Guy CABANEL ~


Les cités légendaires


Textes inédits du poète sillonnant à cru de manière onirique, voire fantastique  et fantasmagorique : Gaziantep ; Tombouctou ; Prague ; Lhassa ; Mossoul ; Pontianak ; Dodoma ; Ponape ; Inverness, et dans ce dernier lieu : « sans que les monstres vinrent se mêler à la fête ».



~ Claude BRABANT ~


Une mort programmée

Texte ayant valeur de témoignage, accompagné de photographies de l'auteur, à propos d'un homme atteint du syndrome de Diogène : « cette forme de dépression, dénommée ainsi par antinomie, qui conduit à conserver tout, alors que lui, Diogène, vivait dans un tonneau et ne possédait rien. ».

Victime décédée dans l'isolement le plus extrême : « […] Quand on a débarrassé sa maison, on a retiré soixante grands sacs de toile à gravats, remplis d'ordures, qu'on a portés à la déchetterie. […] De quoi est-il mort, on ne le saura jamais. […] Jusqu'au bout il a refusé qu'on l'aide, qu'on fasse venir un médecin. […] C'était un combat contre ses démons intérieurs, un combat qu'il a mené avec courage et sans accepter le moindre compromis. […] Il tenait à sa folie plus qu'à la vie. […] ».




© Claude Brabant, photo d'une accumulation de phrases par le malade (détail)


Dans ce vortex de phrases et citations agglutinées, ci-gît l'exhortation :
« Ne me bousculez pas ; je suis plein de larmes … ! »
(milieu de la photographie, citation débutant à gauche)

qui emprunte, en s'y accolant, les derniers mots émouvants de Henri Calet : «  Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes. » versés à la fin de son dernier roman inachevé " Peau d'ours ".



~ Patrick BOUTIN ~


Trois récits inédits

Trublion du thème ''la mort'' (Ornans), de celui de la vie (La fin des haricots) et de l'amour (Mon semblable, mon frère), l'auteur nous fait marcher à des histoires dompteuses d'une fabrique de Lettres que nous voyons volontiers à leur place. C'est la rencontre d'un rythme sabré à l'acide et aux excoriations tranchantes.




~ AUSONE (poète 309-394 après J.C) ~


« Chant nuptial », centon


Un centon est un ouvrage composé de vers ou passages en prose tirés d'un ou plusieurs auteurs.
Le Chant nuptial d'Ausone est le plus célèbre : le poète, défié par l'empereur Valentinien, parvint à rendre obscène la chaste muse de Virgile.

La revue Empreintes a retenu les récits (retranscrits en français et en latin) :
Le Repas des noces (Cena nuptialis) ; Description de la sortie de l'épousée (Descriptio egredientis sponsae) ; Description de la sortie de l'époux (Descriptio egredientis sponsi) ; Offre des présents (Oblatio munerum) ; Epithalame en l'honneur de l'un et de l'autre (Epithalamium utrique) ; Entrée dans la chambre à coucher (Ingressus in cubiculum) ; La défloration (Imminutio) : ce dernier récit à la sauvagerie fleuronnée d'une grande beauté.




◘ ART ◘


~ Philippe MICHAËLEF ~


Les Idoles (dessins)



© Philippe Michaëlef, Idole


Inspiré par une carte postale représentant une statuette crétoise « La déesse aux serpents », cet artiste a réalisé une série de 160 dessins (tous de la même taille, rassemblés sur 40 feuilles de format A3) sur le thème de la Déesse-mère, qu'il appelle aussi Vierges ou Idoles.
La revue Empreintes en présente six.



~ Jean HURPY ~


« La rate » 


Racontée en neuf dessins ne rongeant pas leur frein : l'histoire de ce rongeur, plongé dans de vifs mouvements qui l'étirent pour, au final, le ronger.




~ Virginia TENTINDO  ~


par Joël Gayraud

poète et critique d'art


Présentation de l’œuvre de V. Tentindo,
accompagnée de plusieurs photos de ses sculptures
(dont celle de la couverture ci-dessus de la revue N°27)



© Virginia Tentindo, Sculpture


- sculptures à la force imaginative captivante
de cette talentueuse artiste surréaliste -




☰ ☲ ☰



R A P P E L



EMPREINTES N° 16 – Octobre 2010 → Compte rendu ici

EMPREINTES N° 17 – Printemps 2011 → Compte rendu ici

EMPREINTES N°18 - Octobre 2011 → Compte rendu ici

EMPREINTES N°20 - Automne 2012 et EMPREINTES N°21 - Printemps 2013 → Comptes rendus ici

EMPREINTES N°22 - Automne 2013 → Compte rendu ici

EMPREINTES N°23 - Printemps 2014 → Compte rendu ici

EMPREINTES N°24 - Automne 2014 → Compte rendu ici

EMPREINTES N°25 – Printemps 2015 → Compte rendu ici

EMPREINTES N°26 – Automne 2015 → Compte rendu ici

EMPREINTES N°27 - Joël GAYRAUD « Virginia TENTINDO », Printemps 2016 → Compte rendu ici


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire