© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

samedi 5 décembre 2015

Conférence de Joël GAYRAUD sur GIACOMO LEOPARDI en regard du film biographique 'LEOPARDI IL GIOVANE FAVOLOSO' de Mario MARTONE. Espace Noriac, Limoges, 24 novembre 2015





Film réalisé par Mario Martone, 2013, 135min
Avec Elio Germano, Michele Riondino, Massimo Popolizio…



CONFÉRENCE ET FILM


Soirée dédiée à GIACOMO LEOPARDI, 

un italien singulier


Dans le cadre de son activité ciné-club, l’Association Dante Alighieri dont la vocation première est la diffusion de la langue et de la culture italienne a souhaité accompagner la projection du récent film de Mario Martone, « Leopardi il giovane favoloso », de l’éclairage érudit de Joël Gayraud, principal traducteur de Leopardi.
En partenariat avec l'Espace Noriac, 10, rue Jules Noriac, Limoges, une soirée entière a donc été consacrée le 24 novembre à la (re)découverte de Giacomo Leopardi.

Né le 29 juin 1798 à Recanati et mort le 14 juin 1837 à Naples, GIACOMO LEOPARDI est un poète, philosophe, écrivain, moraliste et philologue italien, considéré comme le plus grand poète italien du XIXe siècle et une des plus importantes figures de la littérature mondiale ainsi que du romantisme littéraire. La qualité lyrique de sa poésie lui a donné une influence internationale sur les générations suivantes. Sa méditation métaphysique et lyrique sur le tragique de l'existence en fait un précurseur de Schopenhauer, de Nietzsche, de Freud, de Cioran. → plus ici


~ Conférence de Joël GAYRAUD ~


Joël GAYRAUD est lui-même poète, écrivain, essayiste et traducteur du latin (Ovide, L'art d'aimer), et de l'italien (Leopardi, Pensées, Petites œuvres morales, etc. ; Pavese, La Trilogie des machines ; Giorgio Agamben, L'Ouvert, État d'exception, et tout récemment L'Usage des corps).

Lors de sa conférence, Joël Gayraud a présenté les fascinantes créations du grand poète italien révélant sa dimension généralement peu perçue en France, et a donc ensuite répondu aux nombreuses questions du public le préparant ainsi à mieux cerner l’œuvre de Leopardi, cet italien singulier.

► Aller plus loin sur Giacomo Leopardi avec Joël GAYRAUD (notamment avec sa traduction inédite de 'L'INFINI', poème de Giacomo LEOPARDI) → ICI



~ Film de Mario MARTONE ~


Projection du film en VO sous-titrée

Né à Naples en 1959, ville à laquelle il reste très attaché, Mario MARTONE est réalisateur et scénariste, mais aussi homme de théâtre et metteur en scène d'opéra. Son tout premier film « Mort d'un mathématicien napolitain » a obtenu le grand prix du jury à Venise en 1992. Le film sur Giacomo Leopardi (biographie fidèle de sa courte et douloureuse existence et rendant hommage à son génie précoce) est sa quatorzième production au cinéma.

Italie. XIXe siècle. Giacomo Leopardi est un enfant prodige. Issu d’une famille aristocratique, il grandit sous le regard implacable de son père. Contraint aux études dans l’immense bibliothèque familiale, il s’évade dans l’écriture et la poésie. En Europe, le monde change, les révolutions éclatent et Giacomo se libère du joug de son père ultraconservateur. Génie malheureux, ironique et rebelle, il deviendra, à côté de Dante, le plus célèbre poète italien.

« Un émerveillement... Disons-le tout net : ces deux heures et quart sont un émerveillement pour les yeux et pour l’esprit. L’image, sublime, signée du grand Renato Berta, y est pour beaucoup, de même que les décors, somptueux (le film a en partie été tourné dans la vraie maison de Leopardi, à Recanati). Elio Germano, dans le rôle-titre, est très convaincant, y compris dans sa manière d’incarner les souffrances du poète. Quant à Martone, il parvient à donner toute sa profondeur au film en entremêlant éléments biographiques et extraits de l’œuvre. » 
Franck Nouchi, Le Monde

« Échappant aux pièges habituels de la biographie filmée, s’appuyant avec confiance sur le talent de son interprète principal, Mario Martone signe un film captivant, dont l’image suggère avec beaucoup de grâce la puissance et la délicatesse d’esprit de Leopardi. Le rythme, passant du temps suspendu de la bibliothèque familiale à la frénésie des dernières années, participe aussi de la réussite de ce beau film. « Il me reste tant à dire », lançait l’écrivain enfin libéré. Le « ranavuottolo » de Naples – le « crapaud », comme le surnommaient les gamins des rues en raison de ses difformités – n’en aura pas eu le temps. Il s’est éteint à 39 ans. » 
Arnaud Schwartz, La Croix


► Autres critiques et liens pour en savoir plus → ici


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire