© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

samedi 30 mai 2015

Hervé DELABARRE, TROIS CHEMINS DE NUIT ET LEURS STATIONS, Frontispice de Bernar Sancha, Collection de L'Umbo, 2015





Hervé DELABARRE, TROIS CHEMINS DE NUIT ET LEURS STATIONS. Frontispice de Bernar Sancha, Série Passage du Sud-Ouest, Collection de l'Umbo, 2015.

5 euros franco de port


TOUTE COMMANDE ET CORRESPONDANCE :

Jean-Pierre PARAGGIO
23 rue des Princes
31500 Toulouse


COURRIEL / e-mail : jeanpierreparaggio // yahoo.fr

(A NOTER : afin de rendre l'e-mail actif,
le signe @ doit remplacer les signes / / )


SITE « LES MINUTES de L'UMBO » → ici



Ω


TROIS CHEMINS DE NUIT ET LEURS STATIONS



La série des nuits, bourdonnant debout, d'Hervé Delabarre, se comporte comme un bâtisseur d'une oeuvre circulante.

Quand le poème donne le seuil du linge en mouvement, dans le jeu des semelles de verdure, la gorge d'amour tisse une irruption mâtinée du concert en grande chair :

NUIT DU 31/11/2011

«  [...]

Un soupçon de chair
Un dernier tissu 

*

Elle a laissé sa robe au vestiaire
Et je ne porte plus de veston

Sans tenue de soirée
Nos ombres se sont égarées
Et le bal vient de commencer 

*

Non pas l'effroi
Rien que le froid

Je cours incendier sa robe


[...]  »



Amplifier son propre fantôme suppose atteindre le lieu à fosse de silence, et son alcool de fraîcheur sauve :


NUIT DU 13/12/2011

«  [...]

Me voilà redevenu poussière
Et alors
Le balai a parfois du bon 

*

Mourir un peu
Beaucoup
Passionnément
Pas du tout

Aimer aussi parfois 

[...] »



L'ongle à crosse avance à petite foulée arc-en-ciel, quand un je-ne-sais-quoi électrique de la Langue en fusion agite, en chair et en os, nos cils riverains :



NUIT DU 27/01/2012

« [...]

Un reste de marée
Et mieux que l'onde un ongle

Thomas L'Agnelet ou Barberousse
Comment savoir
Qui dans le ciel
Monte aux gréements 

*

Une robe jette l'ancre
Et le miroir prend feu 

*

La balafre
D'une ceinture
Telle un paraphe
Pour des baisers
Hallucinés  

[...] »



Au-delà, la reptation agile des pensées du poète projette ici et maintenant, le plus naturellement du monde, apostrophes affirmatives ou interrogatives, sous les frondaisons du grelot :


NUIT DU 10/02/2012

« [...]

On se tient à la dérive
Comme d'autres au bastingage 


*

La nuit neige
Et la mer prend feu
Une voix fait frémir l'écume


*

Vertige
Mais en vertu de quoi
Et pour quels tourments


[...] »


Choisir les nitidités au cœur des nuits en courbes bouillonnantes du poète Hervé Delabarre, y stationner, revient à effeuiller, avec l’œil souple, la pousse et la repousse de cette belle poésie en élan.


Isabelle Dalbe


Ω Ω


~  A PROPOS DE HERVÉ DELABARRE ~ 

Poète, peintre



H. Delabarre fait la rencontre décisive, en 1963, d'André Breton, qui l'invite à rejoindre le mouvement surréaliste et à prendre part aux activités du groupe. 
« [...] ma rencontre avec ce dernier aura déterminé pour l'essentiel mes rapports avec ce qu'il est convenu d'appeler la poésie ou plus simplement la vie. [...] » H. Delabarre

plus ici Article "Les Survenants", recueil de fragments, dessins de Georges-Henri Morin, Éditions des Deux Corps, 2013 --- et bibliographie du poète. 

et ici : avril 2014, numéro spécial de la revue " A l’index " entièrement consacré a Hervé Delabarre, qui comporte un recueil de poèmes (" Dans l’ombre du lynx")

Son autre actualité éditoriale 2015 : "Prolégomènes pour un ailleurs", Les Hommes sans Epaules éditions, 2015 → ici



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire