© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

lundi 8 décembre 2014

EMPREINTES N°24, AUTOMNE 2014, REVUE D'ART ET LITTÉRATURE, ÉDITIONS de L'USINE




Couverture, gouache Daniel Duhamel Arrapel


• Empreintes n°24 – Automne 2014 – 8 euros
• Abonnement 4 numéros : 30 euros


Éditions de l'Usine
102, Bd de la Villette
75019 Paris

CONTACT : Claude BRABANT → 01 42 00 40 48

COURRIEL / e-mail : brabant.claude/ / noos.fr

(A NOTER : afin de rendre l'e-mail actif,
le signe @ doit remplacer les signes / / )



SITE des éditions et de la galerie d'art → ici



°

Empreintes est « une revue d'art et de littérature qui publie des œuvres inédites d'artistes et d'auteurs contemporains, qui va chercher dans le fond des bibliothèques des écrivains oubliés, qui s'intéresse aux sites et aux artistes d'art brut, aux fous littéraires, aux curiosités de bibliophilie ».

Au sommaire du numéro 24 se croisent donc auteurs disparus puis oubliés ou au contraire publiés à nouveau, et un auteur anonyme et disparu, un auteur vivant et connu, ainsi que des artistes méritant d'être davantage découverts.


☰ ☲ ☰


SOMMAIRE N°24



~ Joël GAYRAUD ~


LE RESCAPÉ




« Soughia est un minuscule village du Sud de la Crète, accessible le plus aisément par la mer […] On s'y rend par le ferry basé à Paléocastro qui assure le cabotage entre différentes escales de la côte sud-ouest jusqu'aux gorges de Samaria. Nous étions au mois de septembre […]
Au lendemain de mon arrivée, comme je me promène le long du rivage, je découvre, encaissée entre de gros rochers, une petite crique au milieu de laquelle s'élèvent plusieurs colonnes de hauteur différente et dont l'une culmine à près de trois mètres. Chacune d'elles est constituée d'un empilement fort surprenant de gros galets. Il saute aux yeux que ce n'est pas là le résultat d'un phénomène naturel comme les cheminées de fée ou les demoiselles coiffées que l'on rencontre dans les Alpes, mais d'une construction humaine. […] »

J. Gayraud, extrait, Récit inédit


REVUE : L'auteur mène une enquête afin de savoir depuis combien de temps ces colonnes existent et qui les a dressées.
Sa rencontre avec Manolis, un vieil homme portant « le costume crétois traditionnel, remarquable surtout pour ses antiques bottes de cuir et le couvre-chef fait d'un simple mouchoir à franges  », va lui permettre de remonter jusqu'en trente-sept, trente-huit, et à l'arrivée, un matin, sur la plage, d'un naufragé auprès d'un canot renversé : « un français, originaire d'une ville de Bretagne qui avait décidé de faire le tour du monde, embarquant à Malte sur un cargo pour Alexandrie […] Le rafiot était pourri mais le capitaine avait appareillé malgré la tempête […] », et de comprendre comment ces colonnes ont été élevées et pourquoi, malgré un tremblement de terre et des tempêtes successives, elles ont pu si bien résister.


☲ ACTUALITÉ ÉDITORIALE de Joël Gayraud :
Joël GAYRAUD, OCELLES, recueil de poèmes avec une œuvre de Virginia TENTINDO, Collection de l'Umbo, automne 2014.




~ LES USAGES DU SIÈCLE ~


Traité de Savoir-vivre par une parisienne (1895)

1749 : Civilité puérile et honneste écrite par un missionnaire et s'adressant à la jeunesse.
1761 : Traité de la civilité qui se pratique en France parmi les honnêtes gens (publié par Antoine de Courtin) ; Texte qui se vendait rue Saint-Jacques A la Couronne d'épines.
1880 : Les usages du monde de la baronne Staffe.
Destinés à la bourgeoisie, ces traités de savoir-vivre, comme de nombreux autres, devaient être constamment réactualisés pour se conformer à la mode du jour.

► REVUE : Le Traité de Savoir-vivre par une parisienne, datant de 1895 (le plus célèbre et dernier en date) traite de : La demande en mariage ; La bague de fiançailles ; Faire la « cour » ; La politesse dans la rue ; Le service ; Pour s'en aller ; La question du bras ; etc.
Il est adressé à la petite fille ; le petit garçon ; l'homme bien élevé ; la jeune fille ; le prêtre ; le médecin ; l'ananas ; etc.


L'ANANAS

«  Savez-vous ce que c'est qu'un « ananas » ?
En argot mondain ananas signifie le monsieur ou la dame en vedette, avec qui on est bien aise de dîner pour pouvoir dire : «  Monsieur untel, l'explorateur, je dînais avec lui hier » ; ou bien : «  Madame X, l'auteure, femme charmante... J'ai déjeuné avec elle chez les Durand ! »
Donc, si vous avez un « ananas », prévenez-en vos convives : ils vous en sauront gré. Mettez sur l'invitation : «  Monsieur un tel ou madame une telle, sera des invités ».
Si ledit « ananas » est un voyageur, mettez-le bien entendu sur son chapitre.
Lorsqu'on est « ananas », cela équivaut à être « en représentation», et si vous l'êtes, observez-vous, car l'explorateur lui-même est très épluché et la plus petite bévue ferait dire aux convives, en général peu charitables : « On voit bien qu'il revient de chez les Canaques ». »



~ Eugène VIVIER ~

1817-1900

«  Écrivain complètement ignoré aujourd'hui, Eugène Vivier fut le plus célèbre joueur de cor d'harmonie de son temps et l'auteur des plus ébouriffantes farces de son siècle. […] »

► REVUE : récit de quelques-unes de ses farces.

«  A partir de 1879 jusqu'à sa mort, Eugène Vivier écrivit une vingtaine de plaquettes et de livres dont le plus connu a été « Les petites comédies  de la vie », qui est paru en 1889.
« Un peu de ce qui se dit tous les jours » a été publié aux éditions Ventre à Nice en 1892. […] Il n'a pas écrit un seul mot de ce livre. Il a seulement collecté les phrases qu'il entendait quotidiennement autour de lui […] cherchant à faire une anthologie de la banalité, un recueil de citations sinistres, prises dans la bouche de chacun de nous et que nous répétons inlassablement de génération en génération, à l'identique. Vivier a atteint avec cet ouvrage le degré zéro de la littérature. »

*

On sonne, n'ouvrez pas... silence...silence, mes enfants ; mais tais-toi donc, toi, bavard.

C'était à prévoir qu'un jour ou l'autre, ça finirait par un éclat.

Je crois que ces dames ont quelques petites choses à se communiquer que nous ne devons pas entendre : si nous marchions devant, voulez-vous ?

C'est bien étonnant que vous ne l'ayez pas reçue, je l'ai mise à la poste moi-même.

E. Vivier, extraits



~ Jean DEMÉLIER ~


LE NOUVEAU CODE NOIR


• Les tarifs du bourreau.

► REVUE : également, accompagné d'illustrations anciennes (dont celle d' « Une vente aux enchères d'esclaves, en Virginie » ), un texte de 60 articles :

«  Donné à Vésailles, au couhant du mois de masse mil-six-cent-quate-vingt-cinq, et d'Not Houègne, le quahouante-deuxième.

C'étions signé Louis,
Et pue bas;
Pah le Roué, garce à Colbé.
Visa : Le Tellié.
Et sellé du gouhant sot de
scie vête
en laques de Soi
vête et rouche.  »


Texte édité en 1998 par René Baudoin à « L'Équipement de la Pensée ».




~ Henri BARBUSSE ~

1873- 1935


Bien que non oublié, il est un écrivain méconnu.
Prix Goncourt en 1916 pour « Le feu » traitant de la vie dans les tranchées pendant la première guerre mondiale. Ce livre qui a fait scandale auprès des Français restés à l'arrière, est publié encore aujourd'hui.
Mais la plupart de ses œuvres n'ont pas été rééditées.

► REVUE : Deux beaux récits, extraits du recueil de nouvelles « Nous autres » (1914), sont présentés : Hallali et Leur chemin.



~ RÉCIT ÉROTIQUE ANONYME ~


Lettre d'une jeune femme à son amie pour lui raconter
la première nuit de ses noces

« Ce texte manuscrit rédigé d'une écriture appliquée sur un cahier d'écolier, a été découvert par Charles Soubeyran dans une brocante. Il date de la fin du dix-neuvième siècle. L'auteur est anonyme. Sur le cahier, qui est orné de petits dessins naïfs, figurent quatre autres contes érotiques : Dix ans de la vie d'une femme, La confession de Suzanne, Voyage de trois puces sur le nombril d'une femme et les filles de Loth. A cela viennent s'ajouter quelques poèmes ainsi qu'un menu érotico-comique, Au Morpion Chahuteur. »




«  […] C'était la première fois, chère amie, qu'un homme m'embrassait de si près. Quelques instants se passèrent dans le silence le plus profond lorsque mon mari passa sa main sur mes seins de la manière la plus agréable. Il m'embrassait avec transport. Le trouble dans lequel j'étais plongée m'empêcha d'opposer la moindre résistance. Il avait relevé ma chemise et je sentais avec plaisir sa main descendre le long de mon corps et s'arrêter entre mes cuisses car il avait trouvé l'objet de ses recherches. Cet objet est la petite ouverture que nous avons au bas du ventre et qui sert, selon moi, à l'écoulement des eaux du corps. Mon mari me fit voir qu'elle servait à beaucoup d'autres choses plus agréables. […] »

Auteur anonyme, extrait




~ LES COLLAGES DE SWEN ~


NOTRE DAME DE PARIS

Ces collages sont extraits de La Poubelle magique, livre d'artiste réalisé par Swen en 1962 qui comprenait vingt-deux collages en noir et en couleur. Les photographies de Jean Roubier sont tirés d'un ouvrage sur Notre-Dame-de-Paris, quinzième de la collection « Charme de la France ».

► REVUE : 6 collages



~ Daniel DUHAMEL ARRAPEL ~


AQUARELLES

► REVUE : 7 aquarelles dont celle en 1ère de couverture, ci-dessus.



~ Mihran DIALLO ~


LES PAPIERS PEINTS




Mihran Diallo, papier peint

«  Composés de dessins à l'encre bleue de 30X 45 cm, Les papiers peints de Mihran Diallo forment de gigantesques puzzles qui couvrent les murs. Il faut numéroter chaque pièce du puzzle pour pouvoir le démonter et le remonter ensuite, car tous les morceaux se raccordent et il ne s'agirait pas de mettre une pièce du puzzle à la place d'une autre.
[…]
L'oeuvre se regarde dans son ensemble et dans le détail. Le puzzle forme un tout mais chaque morceau du puzzle peut également être vu comme une totalité. Chaque dessin peut être sorti de l'ensemble et présenté comme une œuvre unique dans un cadre.
Sans aucune recherche de figuration quelle qu'elle soit, c'est par une plongée dans l'écriture automatique du dessin que Milran Diallo parvient à exprimer son univers, qui est bizarrement à la fois obsessionnel et décoratif. »

► REVUE : 7 Présentations des puzzles de papiers peints



☰ ☲ ☰


R A P P E L


• EMPREINTES N° 16 – Octobre 2010 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N° 17 – Printemps 2011 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°18 - Octobre 2011 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°20 - Automne 2012 et EMPREINTES N°21 - Printemps 2013 → Comptes rendus ici

• EMPREINTES N°22 - Automne 2013 → Compte rendu ici

• EMPREINTES N°23 - Printemps 2014 → Compte rendu ici







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire