© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

mardi 1 juillet 2014

Pierre PEUCHMAURD, FATIGUES, Aphorismes complets, dessins de Jean Terrossian, Éditions L'Oie de Cravan, 2014




© Photographie de couverture de Antoine Peuchmaurd, 2008
Poète en Mongolie (Pierre Peuchmaurd et Zig)

19.5 x 14cm. 228 pages. Avec quatre dessins de Jean Terrossian



~ COMMANDE ET TOUTES INFORMATIONS ~


sur le site de L'Oie de Cravan → ici



Prix* : Canada $ 22.00 / Eur. € 24.00 / US $ 22.00
*Frais d'expédition inclus


Éditions L'Oie de Cravan

5460, rue Waverly
Montréal, Québec
H2T 2X9
Canada


Adresse électronique : lentement // oiedecravan.com

(À NOTER : afin de rendre l'e-mail actif,
le signe @ doit remplacer les signes / / )




~ COMMANDE FRANCE ~


Prix : 19.00€

En toute librairie via LES BELLES LETTRES



« Pierre Peuchmaurd a noté pendant des années ce qu'il appelait ses fatigues, ces aphorismes précis, à la fois joueurs et graves, du même bois que ceux de ses proches Louis Scutenaire et Georg Christoph Lichtenberg. Ce livre regroupe les trois recueils d'aphorismes parus de son vivant, soit À l'usage de Delphine (Fatigues I - L'Oie de Cravan, 1999), L'immaculée déception (Fatigues II - Atelier de l'Agneau, 2002) et Le moineau par les cornes (Fatigues III - Pierre Mainard, 2007). Cet ensemble est complété par un recueil inédit, La position du pissenlit (Fatigues IV), rédigé dans les derniers mois de sa vie.
Pierre Peuchmaurd est né à Paris en 1948 et est décédé à Brive le 12 avril 2009 des suites d'un cancer. Il aura vécu près de 40 ans en Corrèze où il animait les éditions Myrddin. Pénétré de l'héritage surréaliste dans son écriture comme dans sa vie même, sa poésie est l'une des plus justes de son époque. » Note de l'éditeur



╔╗╔╗╔╗


Parmi, approximativement, les mille sept cents aphorismes de ce recueil dense, il en est un où Pierre Peuchmaurd pose son observation la plus déterminante pour un poète. Entre deux avoirs précieux précisément nommés, s'ils viennent à faire défaut à l'Etre poétique, le plus insupportable manque est celui de la poésie tant celle-ci est source d'invétérées aspirations, inspirations et respirations lumineuses :
« Après deux ans et demi d'un cancer moyennement douloureux et à évolution ''incohérente'', je persiste à dire ceci : la poésie est plus importante que la santé. Quand les deux manquent, c'est elle qui manque le plus fort. »

Cette décisive sentence peuchmaurdienne prise fermement la primauté de la poésie et de ses souffles salvateurs dans la vie ou dans une vie. Sans appel aucun à une impérative écoute, il appartient à tout un chacun du commun des mortels de pouvoir prendre note, peut-être même dans l'élan impérieux du ''dont acte !'', de cette limpide pensée : « […] la poésie est plus importante que la santé. [...]. » p. 221

Afin de se plonger attentivement dans les mille et quelques autres aphorismes, est à prendre et à apprendre la prescription épatante : «  Qui veut voyager loin ménage sa tortue. » p . 215

Isabelle Dalbe


╔╗╔╗


₪ COMPTE RENDU ₪


de Guylaine Massoutre

Des mots dans un lance-pierre



«  […] Qu’est-ce qu’un aphorisme ? Virtualité discursive infiniment autoritaire, en un sens théologiquement autoritaire. Puissance logocentrique, porteuse de silence, qui libère le discours de sa propre autorité en lui restituant sa présence intouchable, monumentale, inaccessible. Effet de présence surgissante, surpuissante, de la parole. Ces mots empruntés librement au philosophe Derrida, qui reliait photographie et aphorisme, restituent la force de cette poésie connotée d’un art critique et distancé.

Peuchmaurd est un geyser de mots d’esprit, tambouille d’un inconscient rieur, jeux insolents et bon enfant. Haussement d’épaules et gloussement, cet art de vivre de peu, d’un jet, comme un seul instant, désenchaînait la logique et y renouait l’absurde. Voici pour la religion du rire : « Les merches nilent dans les haies. Assez sauvagement. » Pour le dérèglement des mots : « Ouïe ou non. » Et pour l’art de vivre : « À toute chose, malheur est mauvais. »
[…]
De ces aphorismes aux bons mots, couvrant une trentaine d’années, au dernier volume inédit et posthume, que retenir ? D’À l’usage de Delphine (Fatigues I), beaucoup de traces légères, volatiles et aviaires. « Agir au plus vide », « Le seul secret du labyrinthe, c’est qu’il faut faire tout le chemin » ou ce simple « Martyr au flanc ». Jeux de lettres formalistes, anagrammes à la façon de Perec, illustrant l’objet absent de la mémoire et de l’avenir : « Objet de tout désir, le secret est une forme vide. » Une aile noire passe.
Dans L’immaculée déception (Fatigues II), Peuchmaurd invoquait Robert Walser qui écrivait : « Je m’interdis de comprendre quoi que ce soit. Comprendre ne pourrait que m’énerver. » Il est ici question de l’âme au long « Sanglot : l’eau du sang ». Paradoxes, retraits, surprises orales, traces d’ange, hommage à Emily Dickinson.
Dans Le moineau par les cornes (Fatigues III) et dans La position du pissenlit (Fatigues IV), l’irrésistible « Tête-bêche, creuser » continue son terrassement. Les relevés de sottises abondent, inassouvissable engouffrement dans le sarcasme, au trait tauromachique, sur la pente savonneuse. L’appel du contexte fait un réceptacle sourd : « C’est la rentrée littéraire ; je lis Shelly, Andersen et Arno Schmidt. » L’inactuel est un point d’observation qui vaut bien un nid d’aigle. Pour l’oeil perçant. »


✔ ARTICLE COMPLET → ici



╔╗


๑ PIERRE PEUCHMAURD ๑



✦ BIOGRAPHIE, BIBLIOGRAPHIE :



Pierre PEUCHMAURD est l'un des plus grands poètes français actuels.

◘ Pierre PEUCHMAURD, ENCYCLOPÉDIE EN LIGNE WIKIPÉDIA → ici

◘ OUVRAGE INDISPENSABLE sur Pierre PEUCHMAURD : Laurent Albarracin, Pierre Peuchmaurd, Éditions des Vanneaux, collection Présence de la poésie, Montreuil sur Brêche, 2011 → ici

◘ SUR CE BLOG, Comptes rendus des dernières parutions de Pierre Peuchmaurd :
• Vent des lanternes, Pierre Mainard éditeur, mars 2014 → ici
• Après Nous L'Aile, Poème à Aimé Césaire, Éditions La Morale Merveilleuse, avril 2014 → ici

◘ AUTRES PARUTIONS de Pierre PEUCHMAURD chez L'OIE de CRAVAN → ici







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire