© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

jeudi 30 janvier 2014

Hervé DELABARRE, LES SURVENANTS, Dessins de Georges-Henri MORIN, ÉDITIONS des DEUX CORPS, décembre 2013






Hervé DELABARRE, Les Survenants, recueil de fragments avec 8 dessins de Georges-Henri MORIN, Éditions des Deux Corps, 10 euros (port compris)



TOUTE COMMANDE ET CORRESPONDANCE :

Éditions des Deux Corps
35 rue François-Charles Oberthür
35000 Rennes


SITE avec présentation du recueil 
(extraits et 1 autre dessin de G-H Morin) → ICI





~ NOTE DES ÉDITIONS ~


Les Survenants est un recueil de fragments nocturnes déposés sur des carnets, des bouts de papier, comme la mer abandonne des bois flottés et autres coquilles à l'orée de la plage. L'éditrice a fait un choix intuitif parmi plusieurs centaines de propositions. Georges-Henri Morin a composé à partir de ces textes une musique toute en lignes fluides ou tranchantes.



~ PRÉFACE de Hervé DELABARRE ~


«  [...] Donnés en temps d'endormissement, d'insomnie ou de sortie de rêve, ces ''messages'' ne répondent à aucune intention consciente et s'imposent d'un seul tenant, dans une même coulée. Comme pour les rêves, s'ils ne sont pas immédiatement notés [...] ils auront disparu au matin.
[...] leur disposition peut paraître arbitraire, mais c'est celle qui me semble le mieux rendre compte du rythme de ces messages, très scandé et de durée le plus souvent très brève. Ce qui les différencie là aussi de l'écriture automatique découlant beaucoup plus d'une phrase, d'une syntaxe, quand c'est ici le rythme qui semble déterminer les mots. [...] L'intérêt pour moi, c'est au fil des années et de ces ''nocturnes'' de voir s'en dégager un portrait, une identité, et d'essayer un peu [...] de me connaître, y compris dans mes aspects les moins euphorisants et les plus quelconques. Oui, c'est un portrait, mais dont il ne saurait être question de garder uniquement les aspects les plus séduisants, si tant est qu'il y en ait, mais aussi les plus ordinaires, voire les plus complaisants. [...] » 
H. Delabarre, extrait


◘ ◘


~ NOTE de LECTURE de Isabelle DALBE ~



Les Survenants, en raison de l'originalité et de la qualité du projet porté par ce titre – qui est en quelque sorte celui de « composer un portrait »-, sont et font une très belle irruption dans les récentes publications poétiques. En effet, les éditions des Deux Corps proposent une composition des plus réussies en donnant à lire des textes de Hervé Delabarre relevant d'un registre bien spécifique, de même qu'à « lire » les dessins élaborés de Georges-Henri Morin qui s'y insèrent pour aiguillonner habilement le théâtre d'écriture agitant les ficelles de cet ensemble de fragments phrasés s'étendant sur la période de 1998 à 2012.

Qui parle ici ? Où sommes-nous ? Où allons-nous ?

Si une note développée du poète précise d'emblée les circonstances de la « capture » de ces écrits à vocation de messages, celles-ci induisant indubitablement une totale absence de recherches à l'effet d'écrire et donc d'efforts en cette direction et la non inscription dans une conscience à l'affût, le lecteur reste frappé par la qualité d'une écriture poétique spontanément échappée (rescapée ?) des allées et venues : de « venues » et de « survenues » irruptives porteuses d'une maîtrise admirable de l'écrit, et avançant avec une carte d'identité de ressemblances et de « semblances » à, -tour à tour- : l'exercice des créations narratives inspirées par la rêverie ou la vraisemblance, l'exercice des haïkus, l'exercice des aphorismes, l'exercice des notes réflexives, l'exercice des propositions tâtonnantes ou au contraire des énoncés inébranlables. Également, d'exercices pouvant honnêtement évoquer la prime ébauche de la pratique de l'écriture automatique.

Une beauté homogène est le liant de cette parole à la source de la certitude que l'être appartient principalement à tous ses propres souffles, des plus anodins aux plus extraordinaires et énergisants. Et les tactiles et passionnants dessins de Georges-Henri Morin infiltrent le texte pour lui écrire et s'agiter à la portée de ses leviers inconsciemment introspectifs.

I. Dalbe



Année 1998

     le 17 avril, à 4 heures
À la saillie des murs
Promouvoir sa gorge
Laisser la nuit marbrée de coups
L'aimer
Et jusqu'au jour
Enfin décimé sur ses cils
N'être plus qu'un fantôme
Qui s'en vient lui ronger la paume


     le 15 octobre, à 6 heures 20
Prestige ensommeillé des loutres
Qu'il fait bon frissonner ensemble


Année 2000

     le 3 juin, à 2 heures 50
Des cils
Servent d'ouvroir au jour



© Georges-Henri Morin 


Année 2001

     le 19 juin, à 5 heures 30
Je ne fais qu'écouter aux portes
Le pressing talentueux
De l'immonde varlope


Année 2004

     le 18 octobre, à 5 heures 10
Rien de tel que l'ombre d'un rêve
Pour entretenir la bouche


Année 2005
     le 30 octobre, au réveil
Rêve au lion qui somnole
Dans l'âtre
Tu te réveilleras crinière


Année 2011

     le 29 janvier, à 5 heures
La nuit recueille les naufragés du jour


Année 2012

     le 19 janvier, à 5 heures 40
Quels jolis noms nous avons
Toi tu es Bitume
Moi je suis Goudron


☱ ☴ ☱


~ A propos de Hervé DELABARRE ~


Poète, peintre


Hervé Delabarre fait la rencontre décisive, en 1963, d'André Breton, qui l'invite à rejoindre le mouvement surréaliste et à prendre part aux activités du groupe. « [...] ma rencontre avec ce dernier aura déterminé pour l'essentiel mes rapports avec ce qu'il est convenu d'appeler la poésie ou plus simplement la vie. [...] » H. Delabarre ici


~ BIBLIOGRAPHIE ~



~ Les Métamorphoses du Bill, HC, 1960
~ Les Dits du Sire de Baradel, illustrations de Jorge Camacho, éditions Peralta, 1968
~ Métronome du désir l’éclair, Ogham, 1970
~ Lueurs d'antre, éditions Autres Rives, 1989
~ Paroles de Dalila, Myrddin, 1992
~ Bribes pour Dalila, Myrddin, 1992
~ Avide d’elle avilie, illustrations de Catherine Caquevel, Encres d'argile, 2000
~ Danger en rive & autres poèmes, postface de Christophe Dauphin, éditions Librairie-Galerie Racine, 2004
~ Le Lynx aux lèvres bleues, illustrations de l'auteur, préface de Jean-Pierre Guillon, éditions surréalistes, 2007 → compte-rendu ici
~ Effrange le Noir, éditions Librairie-Galerie Racine, 2010
~ D’Éléonore et d’Autres, collages de Marie-Laure Missir, éditions des Deux Corps, 2011 → ici
~ Le Plumier de la Nuit, collages de Pierre Rojanski, éditions des Deux Corps, 2011 → ici
~ Les Hautes-Salles, éditions clarisse, 2012 → ici
~  Les Survenants, dessins de Georges-Henri Morin, (ed. Des Deux Corps, 2013).
~ Dans l’ombre du lynx, (Collection empreinte, A l’index), 2014. → ici
~ Trois Chemins de nuit et leurs stations, Frontispice de Bernar Sancha, Collection de L'Umbo, 2015 → Compte-rendu ICI 
~ Prolégomènes pour un ailleurs, Les Hommes sans Epaules éditions, 2015 ici 


☱ ☴ ☱


 ~ À propos de Georges-Henri MORIN ~


Dessinateur, éditeur •


« LES CRÉATURES . . . Gare à vos doigts, attention à vos coeurs – les créatures de Georges-Henri Morin piquent, et pas seulement la curiosité. Elles griffent, elles mordent; certaines agitent des fouets de verre, des jouets de fer. Elles-mêmes, on dirait qu'elles ne saignent jamais, ou bien de froids cristaux d'absolu millimétrique.
Vous les croisez, elles ne vous croisent pas. Vous les regardez, elles ne vous regardent pas. Cela inquiète la chair, les raisons de la chair; ça tourmente toute raison. Cette élégante boucherie se fait dans un silence où vous ne vous entendez pas crier. Les créatures mandibulent. Vous crissez comme un aigle que rongent les fourmis blanches. Au millimètre. »

Pierre Peuchmaurd, à propos des dessins de Georges-Henri Morin



SES AUTRES ILLUSTRATIONS

° À l'enseigne des Éditions de SURCROÎT °

c/o Georges-Henri Morin
28 rue de l'Annonciade
69001 LYON

COURRIEL / e-mail : ghmorin // numericable.fr

(A NOTER : afin de rendre l'e-mail actif,
le signe @ doit remplacer les signes / / )


LE SECRET SECRET, Laurent Albarracin, 2006
ALICES, Pierre Peuchmaurd, 2008
HISTOIRE du MOYEN ÂGE, Pierre Peuchmaurd, 2009 → compte-rendu ici
ZONE FRANCHE, poèmes Georges-Henri Morin, 2010


° À l'enseigne des Éditions URDLA °

LES COMPTE-FILS, 8 gravures de G-H Morin sur japon nacré et textes poétiques de l'auteur sur cannabis, 2003 → compte-rendu ici
LE 31 JUIN, Vincent Bounoure, 2011 → compte-rendu ici


° À l'enseigne des Éditions FLAMMARION °

• LE SECRET SECRET, recueil de poèmes de Laurent Albarracin, dessin de couverture Georges-Henri Morin, 2012. → ici



° À l'enseigne des Éditions L'UMBO °
COLLECTION de L'UMBO, Série Passage du Sud-ouest

• LES LITS CLOS, poèmes et dessins de l'auteur, septembre 2012. Compte-rendu → ici
LES ESQUILLES, Georges-Henri MORIN (dessins) & Guy CABANEL (poèmes), juin 2013. Compte-rendu → ici
• LOIN DE LISBONNE, frontispice de Georges-Henri Morin, poème de Pierre PEUCHMAURD, septembre 2013. Compte-rendu → ici



Écrivain, poète •


Sa découverte du surréalisme en 1965 oriente nombre de ses rencontres et amitiés (Bernard Caburet, Vincent Bounoure. Pierre Peuchmaurd, Alain Joubert etc).

SA BIBLIOGRAPHIE, SES CONTRIBUTIONS AUX REVUES → ICI


☱ ☴ ☱





Hervé DELABARRE, Les Survenantsrecueil de fragments avec 8 dessins de Georges-Henri MORIN, Éditions des Deux Corps, 10 euros (port compris)


TOUTE COMMANDE ET CORRESPONDANCE :

Éditions des Deux Corps
35 rue François-Charles Oberthür
35000 Rennes


SITE avec présentation du recueil → ICI





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire