© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

mercredi 23 octobre 2013

EMPREINTES N°22, AUTOMNE 2013, REVUE D'ART ET LITTÉRATURE - ÉDITIONS de L'USINE et EXPOSITION DESSINS & BRODERIES Virginie ROCHETTI 28/10 au 09/11/2013, L'USINE 102 Bd de la Villette PARIS 19ème




Couverture : René APALLEC, Perruque, Collage


• Empreintes n°22 – Automne 2013 – 8 euros
• Abonnement 4 numéros : 30 euros


Éditions de l'Usine
102, Bd de la Villette
75019 Paris

CONTACT : Claude BRABANT → 01 42 00 40 48




SITE des éditions et de la galerie d'art → ici

°

Empreintes est « une revue d'art et de littérature qui publie des oeuvres inédites d'artistes et d'auteurs contemporains, qui va chercher dans le fond des bibliothèques des écrivains oubliés, qui s'intéresse aux sites et aux artistes d'art brut, aux fous littéraires, aux curiosités de bibliophilie ».

Au sommaire du numéro 22 se croisent donc auteurs disparus puis oubliés ou au contraire publiés à nouveau et auteurs vivants et connus, ou plus confidentiels, ainsi que des artistes exposés en France voire à l'étranger et méritant d'être davantage découverts.





~ Georges EEKHOUD ~

1854 – 1927



Écrivain flamand de langue française.
• 1883 : Kees Doorik, scène de Polder, premier roman.
• 1888 : La nouvelle Carthage, recueil de nouvelles édité par Henry Hubert Kistemaeckers → puis en 1982, réédition aux éditions Slatkine
• 1899 : Escal-Vigor, roman qui lui a valu un procès aux Assises de Bruges, mais il fut acquitté. Georges Eekhoud, a été le premier écrivain belge à traiter ouvertement de l'homosexualité.
Escal-Vigor → réédition aux éditions Ombres en 1999
• 1993 : Mon bien aimé petit Sander → publication (pour la 1ère fois) par Mirande Lucien, de la correspondance amoureuse (plus de 250 lettres) entre Georges Eekhoud et Sander Pierron
• 2009 : Les libertins d'Anvers, éditions belges Aden, avec une préface de Raoul Vaneigem

► Revue : Le tatouage : extrait du « Cycle patibulaire », 1890 ; Une partie sur l'eau : extrait de « Mes communions », 1895.




~ Alain NAGEL ~


Son reportage « Sans domicile fixe à Rouen »

illustré par ses photographies







Graffiti d' Alain R., © crédit photo Alain NAGEL


Article d'Alain Nagel à propos des graffiti d'Alain R..., lequel vit dans la rue à Rouen :

«  [...] Il est dans son rêve. [...] Il couvre de ses mots les façades et les portes. Le bois, le plâtre, la pierre, rien ne lui résiste. Il écrit et il grave à l'aide d'un caillou ou d'un morceau de fer pendant des heures des centaines de mots au mètre carré [...] où se glissent son nom à lui ou le nom des lieux dans lesquels il se trouve. [...] » A. Nagel, extraits

► Revue : photographie d' Alain R... à l'oeuvre sur une porte ; photo de graffiti incorporant un dessin




~ Le Régiment de la Calotte ~


Il s'agit de :

«  [...] une société de rieurs qui fut fondée à la fin du règne de Louis XIV par des officiers du roi. Pendant un demi-siècle, de 1702 à 1750, cette société va exercer par le moyen de ses satires, une sorte de « police du ridicule » au sein de la cour et de la haute société parisienne.
Le Régiment est composé de militaires cultivés et aimant s'amuser, et de gens de lettres qui sont les beaux esprits de l'époque [...] » extraits

► Revue : Fonctionnement du Régiment de la Calotte ; Explication des armes du Régiment de la Calotte (avec l'illustration de l'écusson du dit régiment) ; Destinataires des satires ; Contenu des écrits de la Calotte publiés en 1725 ; Événement ayant conduit à l'interdiction de ce régiment.

              ♦ Présentation du long poème calotin en sept chants de Bosc du Bouchet : « Le Conseil de Momus* et la revue de son Régiment ».

* Le dieu des calotins est Momus, le dieu grec de la satire.




~ René APALLEC ~


LES PERRUQUES 


COLLAGES 



► Revue : huit collages en pleine page, dont un en 1ère de couverture de la Revue Empreintes 22 (voir plus haut) et un en 4ème de couverture.




~ Recueil de nouvelles érotiques ~

publié de manière anonyme

à Bruxelles, vers 1930 


Dessins de SWEN 



Sous le titre 'Les sept péchés capitaux ramenés à un seul', ce sont sept récits pour tenter de « démontrer que les péchés d'orgueil, de colère, d'avarice, d'envie, de paresse, de gourmandise, peuvent être ramenés à un seul  et unique péché : le péché de luxure ». 

► Revue : Récit « La gourmandise » où l'ingénue Mireille, fine bouche, inopinément tentée par tout l'appât très orthodoxe de Monsieur de Saint-Grattelon déculotté, et par tout ce qui n'est pas très orthodoxe, s'enfourne par là en faim dans toute une cuisine de friandes saveurs culottées.

               ♦ Et, deux dessins érotiques de SWEN.





~ Marie Noël DOBY ~


Dessins






Un des dessins de Marie Noël Doby présentés par la revue qui précise :  
« Voici à peu près tout ce qui reste des trois cents dessins [...] ».

► Revue : les motifs de la regrettable destinée de la quasi totalité de ces dessins.





 ~  René HADDAD ~


IBIDEM SERPICON ET L'OISEAU À TÊTE DE CUL


Texte inédit 

« Inventé de toutes pièces par René Haddad, Ibidem Serpicon marche doucement dans les rues. [...] Il observe [...] Il est toujours prêt à engager la conversation [...] dans les aventures modestes du quotidien.
René Haddad se met en scène dans ces histoires vécues. Il se dépeint tel qu'il est, avec ses angoisses, ses contradictions, sa difficulté d'être. En s'identifiant à Ibidem Serpicon, il dépasse le récit de ses ennuis personnels. [...]
[...] C'est une variation nouvelle et actuelle du héros piteux et magnifique (le célèbre Nourredine ou notre bien-aimé Guignol) qu'on retrouve partout dans la tradition populaire. »


♦  En se promenant dans un jardin pentu  ♦ 


« Dans un jardin extrêmement pentu, un jeune adulte profite d'un long escalier bien raide pour s'exercer à le monter en courant avant de le descendre en reprenant son souffle. [...] 
Ibidem [...] dans ce grand et beau jardin [...] reste à traîner une bonne heure. [...] 
Ibidem se poste un instant au bas de l'exerciseur. Le jeune homme monte, il descend. Il est devenu bien rouge, il a perdu un peu de son ardeur, mais il persévère.
Amusé et compatissant, Ibidem a décidément envie de lui dire quelque chose. Il lui dit : « Je suis bien fatigué pour vous, Monsieur » [...] Mais en vérité, Ibidem Serpicon aurait voulu lui dire [...] ». R. Haddad, extraits

► Revue : six autres récits conduits par Ibidem Serpicon : C'est du sucré, ça Madame ? ; Dépassement de soi ;  Ibidem prend le bus ; Une vieille dame bien habillée ; La voix off ; Certains matins.


                   ░  ACTUALITÉ :  René Haddad interprétera avec Sham ROUH, des textes de Renée Vivien, le SAMEDI 9 NOVEMBRE à 20H00 à la GALERIE L'USINE, pour la clôture de l'exposition de Virginie Rochetti → ANNONCE au bas de l'article.




~ Annie ALBERT ~


ETATS D'ÂME


Images raisonnées d'une dépression de Prof



















► Revue : tirés du carnet d'Annie Albert, 25 dessins avec textes représentant les étapes de la maladie.





 ~  Julien FERDINANDE  ~


LES MORPHOS 


Texte inédit 

«  À peine déterrés que les Morphos ont en eux la mort, l'air ne veut pas d'eux. Je m'approche du miroir [...] Narcisse nous cache tout le con de la terre et ne semble pas vouloir bouger. [...] Peut-être qu'un ciel de Morphos me trouvera derrière un visage qui n'est pas le mien et m'y acculera, me réduira à ce seul rictus. Nous sommes venus rendre aux miroirs les corps aux fausses ailes qui nous ont amenés à des cérémonies traumatisantes [...] D'un masque à l'autre est-ce une dégénérescence ? [...] » J. Ferdinande, extraits

► Revue : en mettant, puis mettant à bas les masques : recherche de son propre visage et de celui des hommes, les miroirs étant sollicités et Narcisse pris à témoin.



 ~  ALTAGOR   ~

André VERNIER (dit Altagor)

1915 - 1992



À la suite de sa découverte du Surréalisme, en 1942, il écrit « Morgana ou l'anti-futur » (comportant des passages d 'écriture automatique), et un long poème en prose  « Simonia », sans cesse modifié, de plus de 700 pages.

« Afin de parfumer l'ondoyante lumière, surgie de l'éternel habité par les dieux, Simonia.
Que ce geste-nuage au lac de lait grésillant sous le plomb d'un ciel éternellement de la suprême heure assigne à ton regard l'enlacement d'un corps de panthère, d'autres diraient de flamand rose. [...] 
Or je fixe le temps par ce frisson de ciel nu comme un chat sans viscères, un lapin sous le roc des voiles de l'orage, aux confins des usines mortes dévorées de mousse et de rouille. [...] ». Altagor, extraits

► Revue : Invitation à redécouvrir l'oeuvre singulière (tableaux, dessins, manuscrits) d'Altagor : inventeur de la Métapoésie, d'instruments de musique (pantaphone, métaphone, plectrophone), de la peinture grapho-tachiste, de jeux (les Hyperéchecs et les Doubles Dames).

           ♦ Photographie d'Altagor jouant sur l'un de ses instruments de musique. 


◘ ◘


• EMPREINTES N° 16 – Octobre 2010 → Compte-rendu ici

• EMPREINTES N° 17 – Printemps 2011 → Compte-rendu ici

• EMPREINTES N°18  -  Octobre 2011 → Compte-rendu ici

• EMPREINTES N°20 - Automne 2012 et EMPREINTES N°21 - Printemps 2013 → Compte-rendu ici





◘ ◘


  ACTUALITÉ GALERIE L'USINE 


EXPOSITION VIRGINIE ROCHETTI, DESSINS & BRODERIES, du 28/10 au 09/11/2013 (OUVERT SUR RENDEZ-VOUS).


VERNISSAGE SAMEDI 26/10/2013 de 19H à 22H → ici  






EN CLÔTURE DE L'EXPOSITION SAMEDI 09/11/2013





Sham ROUH et René HADDAD interpréteront des textes de Renée VIVIEN :


le SAMEDI 9 NOVEMBRE à 20H00 

(ENTRÉE LIBRE → Fermeture des portes : 20H30)


L'USINE
102, Bd de la Villette
79019 Paris 

Tel. : 01.42.00.40.48







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire