© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

lundi 17 septembre 2012

Laurent ALBARRACIN 'RÉSOLUTIONS', recueil d'aphorismes, L'OIE DE CRAVAN ÉDITEUR, septembre 2012






Laurent ALBARRACIN 'Résolutions', L'OIE DE CRAVAN 
80 pages, Format 14,2 X 19,5cm, 11 euros

~ FRANCE : En librairie, rayon littérature, septembre 2012.
Les livres de L'Oie de Cravan sont distribués en France par Les Belles Lettres

~ COMMANDE ET TOUTE CORRESPONDANCE VERS LE CANADA : site ici


L'OIE DE CRAVAN 5460, rue Waverly
Montréal, Québec
H2T 2X9 Canada



COURRIEL / e-mail : lentement // oiedecravan.com 

(A NOTER : afin de rendre l'e-mail actif,
le signe @ doit remplacer les signes / / )



Avec son recueil ''Résolutions'', Laurent Albarracin nous emporte dans des virées pleines de fraîcheur (fortes de temps à autre de pures flagrances de poésie).
Ces promenades sont riches de réjouissantes surprises : «  Le nez camus. L'oeil sartre. », de propositions conduites parfois jusqu'à l'enseignement : «  Ne pas traiter un béotien de béotien : ce serait peine perdue. », d'observations pouvant valoir renseignements : «  Aux citadins qui n'ont jamais eu l'occasion de sentir l'odeur du châtaignier en fleurs, je suis heureux d'apprendre qu'elle est celle du sperme. », de pensées s'imposant ''d'auteur'' : « Être est l'injonction naturelle des choses à elles-mêmes. Le soi propre des choses est un « sois! » impérieux. N'importe quelle chair est un Fiat Lux ébahi. ».

Au gré de chaque formule empreinte soit de légèreté, soit de sérieux voire de gravité, soit carrément désopilante, globalement l'on identifie des circuits d'aphorismes :

~ de tout poils,
et quasi à tout-va ~


autrement dit, concernant toute espèce de gens, et presque à tout propos à leur propos - sans ignorer l'auteur lui-même :

* Je suis un petit atome très crochu.

* L'homme est un loup qui mange la chèvre avec du chou.

* Vu un graffiti à la faute d'orthographe admirable : JE SUIE CHAUDE.

* J'aime l'été pour l'ombre, l'hiver pour les feux de cheminée. J'aime tout pour sa petite poche de contraire.


~ en toutes voies
hors des sentiers battus ~


* L'ironie est un virage à mille degrés.

* Décrocher de la lune.

* Le terrain est vague et clos par des lapalissades.

* Un mot peut en cacher un train.



~ en bornes
bornées de certitude ~


* On trouve un cheval sur les sabots d'un cheval.

* Chat écharpé ne craint plus rien.



~ en pensées
jusqu'au bout de la pensée ~


* Placez un mannequin devant un miroir et vous aurez l'idée de la conscience, son regret, qui brillera dans ses yeux.

* Il faut appeler un chat un chat non parce qu'un chat est un chat mais parce que les mots sont félons.



~ en décisives nouvelles
de l'acte : « écrire » ~


* Les phrases passe-partout ne mènent nulle part.

* Pour s'allonger clairement sur la page, toute phrase devrait se prendre résolument les pieds dans le tapis.



~ en vérités invérifiables
mais vivifiantes ~


* Le doute ne sert à rien d'autre qu'à douter.

* Tout ce qui tremble hésite dans la main d'un dieu. 

* Ce que le mot dit, il le fait.



~ en signes à l'homonymie ~

* La vie, avec ses oh et ses bah.


~ en quelques emprunts
à des tiers ou des proches  ~


* Quelques-uns des mots qui furent mystérieusement permis à mon fils Martin : « la gymlastique », « le poisson fané », « l'escaladier », « en équilabrac ».


~ en un parti pris
parfois tautologique ~


* L'ours n'est que l'ours du miel de l'ours, la patte armée et pataude, l'enveloppe grossière et balourde de la délicatesse de l'ours.


Afin de cerner au plus près ton et esprit de ce qui est dit ici, il est à noter que l'éditeur, tout en s'appuyant sur cette maxime brillante de l'auteur « Le serpent du paradoxe mord la queue de l'évidence », ouvre les lecteurs à l'ouvrage, ainsi : «  Les aphorismes présentés dans ce recueil, Laurent Albarracin les appelle résolutions. Non bien sûr parce qu'elles sont censées résoudre quoi que ce soit, mais parce qu'à peine prises, une certaine mise en doute les affecte quant à leur capacité à tenir très longtemps devant l'ahurissante évidence de la réalité qu'elles explorent. Comme toute bonne résolution qui se respecte, elles valent surtout pour l'aveu d'irrésolution qu'elles font et qu'elles assument. Les formules qu'on trouvera ici et qui vont du franc paradoxe à la pure tautologie font souvent mouche, à cet égard, par la manière qu'elles ont de se prendre résolument les pieds dans le tapis pour s'étaler noir sur blanc ».

Et aux flancs de nos oreilles bat en percutante trace persistante cet aphorisme incarné, et en résolution haute définition (aphorisme accompagné, ici, d'une photographie de mon choix - non présente dans le recueil ) :

« La lumière a les yeux blonds »



© Hermin Abramovitch.


I. Dalbe

 ◘


~ Article 

sur cet excellent recueil ~



Dans le journal LE DEVOIR :

«  [...] On y compte autant d’éclats que de jours de l’année. Égrenez aphorismes, paradoxes, haïkus, emballements instantanés, pointes de génie, drôleries, ironies, moqueries, parodies : « Ce qu’on pense arrange ce qu’on pense » ; « Maniaque de l’insatisfaction, je ne suis content que pas content » ; [...] « N’arrête pas au lendemain ce que tu peux éterniser » ; [...] , et tutti quanti.

L’édition, soignée, avive le plaisir des sens ; l’esprit vagabonde et bondit, la tête dans le guidon, comme la vache sur un carré rouge. [...] » Encore ? « Le rétif est l’une des dimensions du monde. Récalcitrantes sont les choses, et comme freinant à mort et à plaisir sur ça. » Trop vrai pour être cru. » (extraits) plus ici



Laurent ALBARRACIN

Poète, critique poétique,
Éditeur



~ BIBLIOGRAPHIE ~

(Mise à jour septembre 2013) 

« [...] L'oeuvre de ce poète remarquable nous rappelle pourquoi la poésie est précieuse, pourquoi elle est essentielle [...] » Eric Chevillard, Le Monde, 25/05/2012, à propos de l'ouvrage 'Le Secret secret' de Laurent Albarracin paru chez Flammarion au printemps 2012 → compte-rendu ici et Article Le Monde → lire ici

Le 13 octobre 2012, à Saint-Malo, Laurent Albarracin a reçu le prix Georges Perros des Rencontres poétiques internationales de Bretagne, pour son livre Le Secret secret.

Auteur d'une oeuvre poétique déjà importante, il a aussi écrit des ouvrages incontournables concernant l'oeuvre du poète Pierre Peuchmaurd, et celle du poète Louis-François Delisse.

Les jardins nucléaires, L’Air de l’eau, Brive, 1998.
Le feu brûle, Atelier de l’Agneau, Saint-Quentin de Caplong, 2004. → compte-rendu ici
Résolutions, Myrddin, Brive, 2004.
Vingt-sept sonnets, Ikko, Paris, 2005.
Le secret secret, dessins de Georges-Henri Morin, Les Éditions de surcroît, Saint-Clément, 2006.
De l’image, L’Attente, Bordeaux, 2007. → compte-rendu ici
Pierre Peuchmaurd, témoin élégant, L'Oie de Cravan, Montréal, 2007. → compte-rendu ici
Cartes sur l’eau, Simili Sky, Saint-Ouen, 2008. → compte-rendu ici
Le Jardin ouvrier, (anthologie), Flammarion, Paris, 2008. → compte-rendu ici
Le Verre de l'eau et autres poèmes, le corridor bleu, Amiens, 2008.
Louis-François Delisse, Éditions des Vanneaux, Montreuil sur Brêche, 2009 → compte-rendu ici
Explication de la lumière, Dernier télégramme, Limoges, 2010 → compte-rendu ici
Le Déluge ambigu, illustré par Jean-Pierre Paraggio, Collection de l’umbo, Annemasse, 2010 → compte-rendu ici
Pierre Peuchmaurd, Éditions des Vanneaux, Montreuil sur Brêche, 2011 → compte-rendu ici
Le poirier, illustré par Pierre Bessompierre, Collection de l’umbo, Toulouse, 2012 → compte-rendu ici
Le Secret secret, Flammarion, Paris, 2012 → compte-rendu ici
• Le Monde, Le Pauvre Songe Éditeur, Talence, 2013 → compte-rendu ici
• Le Ruisseau, l'éclair, Rougerie, Mortemart, 2013 → compte-rendu ici
• LE CITRON MÉTABOLIQUE, dessins de Karine Marco, Éditions Le Grand Os, novembre 2013 → compte-rendu ici 


*

Il contribue régulièrement à de nombreuses revues : Le Bathyscaphe ; L'Or aux 13 îles ; Les Cahiers de l'umbo ; l'impromptu ; Mirabilia ; Le Grand Os (LGO) avec la publication récente de « Res rerum » (poèmes) dans le numéro 5, de juin 2012.

L'impromptu N°3 est entièrement consacré à la poésie de Laurent ALBARRACIN → ici




~ Critique poétique ~


Son excellente chronique de poésie sur le site internet de Pierre Campion. → ici




~ Éditeur ~


Il anime les éditions Le Cadran lignésite ici

◘ JUIN 2013 : 60 auteurs sont présents au catalogue des éditions.

◘ Le Cadran ligné est présent à chaque marché annuel de la poésie à Paris 6ème, Place Saint-Sulpice.
          ► 2013 : Présence de Laurent Albarracin, 
    STAND 613 
le vendredi 7, samedi 8 et dimanche 9 JUIN → ici








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire