© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

dimanche 24 juin 2012

Joel-Peter WITKIN par Claude ROFFAT, Revue l'Oeuf sauvage, N° 6 et Revue ENFERS N°1



Né en 1939 à New York, Joel-Peter Witkin est à l’apogée de sa carrière de photographe.

Alors que l'on peut voir l'exposition ' Joel-Peter Witkin. Enfer ou Ciel ' (27/03/ au 01/07/2012) à la BnF Richelieu 5 rue Vivienne – Paris IIème, Claude Roffat, concepteur de la revue L'Oeuf sauvage et éditeur de livres d'art a, dès les années 1990, accordé un vif intérêt aux travaux de cet artiste exceptionnel. Son approche fine, et d'une intelligence rigoureuse, de l'univers de J-P Witkin est nécessaire pour nous permettre d'appréhender en bonne compréhension sensible et avec le moins d'appréhension possible les images percutantes de la beauté witkinienne des « effroyables vérités » (C. R), que le photographe a érigées sur le socle Éros Thanatos et le thème du sacré : « Vénus et Éros au purgatoire (*) serait comme une photo d'identité judiciaire réalisée à la fin du monde. Les « dieux» de la Beauté et de l'Amour ne sont pas glorifiés par la pierre ou le pigment, mais dépeints comme les âmes défigurées que nous possédons tous. » J-P W.

(*) Photo de couverture de la Revue 'ENFERS' présentée dans cet article.


*



Revue L'Oeuf sauvage, N°6 – Hiver 1992 - 1993


Au sommaire du N°6 : 'Joel-Peter WITKIN' par Claude ROFFAT ; 8 photographies ; note biographique et liste des expositions personnelles de l'artiste.

« Devant l'insoutenable, le regard fuit. Par un phénomène proche du dédoublement de la personnalité, le moi abdique, abandonnant la vision à un regard sans conscience. Plus communément, confronté à une présence difforme, le regard se détourne, sans que l'on sache très bien qui, des yeux ou du coeur, a failli. L'immense mérite de Joel-Peter Witkin est de lever le voile sur un monde de cauchemar et, en donnant à voir, de rendre certaines créatures plus humaines, et nous, un peu moins monstrueux. »


~ Le corps humain
centre de l'oeuvre
de Joel-Peter Witkin ~


«  [. . .]

Lieu de damnation ou de rédemption, le corps humain est au centre de l'univers de Witkin. Corps sacrifié, supplicié, qui porte les stigmates dus à des malformations ou à la maladie, il est montré dans son effroyable vérité. [. . .]
Toujours dénudés, photographiés hors de leur environnement, les modèles de Witkin n'apportent aucune référence sociale.

[. . .]

Sans être d'origine divine, les sujets photographiés par Witkin sont plus des victimes de la colère des dieux que de la fureur des hommes. Les caractéristiques physiques qui les accablent leur sont acquises dès la naissance - avant, serait plus juste -, et les disgrâces liées à la guerre ou à des accidents sont peu fréquentes. Les transexuels forment l'exception. Seuls dans cette étonnante galerie de portraits à avoir choisi et modelé leur apparence, ce sont aussi les seuls dont émane autre chose que ''cette horrible beauté'' ; comme si en changeant les plans de la nature, l'homme avait pris une revanche sur Dieu. »

[. . .]


~ Le martyrologe
d'un monde
sans Dieu ~


« Witkin ne crée pas l'abjection.
Pas plus qu'il ne la représente. Son rôle serait plutôt, sinon de l'effacer, du moins par un effet sublimatoire, d'en marquer les limites. Cette victoire sur l'horreur, cette parcelle de sublime arrachée aux ténèbres sont les marques de son indiscutable réussite. »



Joel-Peter WITKIN, 
Un saint obscur, Los Angeles, 1987

« D'un saint obscur, bouleversant saint Sébastien supplicié par la thalidomide, à Léda, un malade au corps émacié, arrivé aux portes de l'agonie et de la mort et qui pourrait préfigurer un sujet de pieta, l'oeuvre de Joel-Peter Witkin compose le martyrologe d'un monde sans Dieu, un calvaire dans une vie sans espoir. »

[. . .]


~ Image de l'inaccessible :

' Femme qui fut un oiseau ' ~



Joel-Peter Witkin, 
' Femme qui fut un oiseau ' ,
 Los Angeles -1990 


« Une des rares photographies réalisées avec un modèle « arrangé » - mais comment faire autrement ? pose clairement l'obsession de Witkin : Femme qui fut un oiseau montre de dos une femme corsetée portant sous les omoplates les cicatrices d'ailes que l'on aurait arrachées ; l'oiseau étant ici peut-être un ange et les blessures les représentations terrestres de la féminité. Cette photographie est l'image de l'inaccessible auquel tend Witkin, lui qui, dans une annonce célèbre, disait rechercher «  . . . tout mythe vivant. Quiconque porte les stigmates du Christ. Dieu. »

Extraits de l'article 'Joel-Peter WITKIN ' par Claude ROFFAT
Revue L'Oeuf sauvage, N°6



Dans l'actualité 2012 des hommages rendus à l'oeuvre de Joel-Peter Witkin, à noter :
→ La parution de 'La Rose arrêtée du ciel' par Isabelle Dalbe (d'après la photographie' Femme qui fut un oiseau' ), aux Éditions Simili Sky.
Éditions récemment saluées, aux côtés d'autres microstructures, pour leur indispensable travail de défense de la poésie (Article d'Éric Chevillard – Le Monde 25/05/2012)ici





~ Claude Roffat

La revue L'Oeuf sauvage ~


Le premier numéro de l'oeuf sauvage est paru en novembre 1991. Fondée par Claude Roffat, cette revue tournée vers l'art brut, singulier, hors les normes, les arts premiers, le surréalisme, la défense de créateurs contemporains, et diffusée dans les kiosques et les maisons de presse, a été très vite remarquée et a rencontré, dès l'origine, un public autant enthousiaste que fidèle.
L'année 2005 a vu la création de l'Association ' Les amis de l'oeuf sauvage '.

Au fil du lien → ici 
il nous est possible de suivre l'aventure de l'oeuf sauvage et des réalisations concomitantes et suivantes, toujours à l'initiative de Claude Roffat :


~  Revue ' Enfers ' 
- 1994 ~

Revue ENFERS, N°1, Éditions Pleine Marge
Photo de couverture :
Vénus et Éros au purgatoire -New Mexico, 1981,
Joel-Peter WITKIN


Au sommaire du N°1 de la revue Enfers : un autre article de Claude Roffat sur l'oeuvre de J-P WITKIN est illustré d'une douzaine de photos.

 « Arrachée à la nuit, l'oeuvre, magistrale, a la vertu salvatrice d'une rédemption, l'éclat d'une victoire indéfectible sur les ténèbres. [. . .] 



Joel-Peter WITKIN Vénus, Pan and the Time 
 New Mexico, 1984 (*)
La douleur est au centre de l'oeuvre de Joel-Peter Witkin. Elle en est l'ossature et le nerf. [. . .] Douleur incarnée, blottie au fond des coeurs, au plus secret de l'intime.
[. . .] Douleur liée aussi au péché quand victime et bourreau se confondent, s'unissent dans un même corps, tour à tour dominant ou soumis, pour l'ultime rituel de la mortification.
Si les mises en scène que Joel-Peter Witkin organise autour de ses photographies nous évitent l'insoutenable de certaines situations, c'est moins en masquant la réalité – l'insoutenable est toujours lié au réel – qu'en brisant l'interdit qui l'entoure. Son art se situe dans ce déplacement du réel à l'imaginaire où, en sublimant l'horreur, il réinvente le monde, redécouvre la mythologie. »
C. Roffat – extraits -

L'article est accompagné d'un ensemble de commentaires très intéressants de Joel-Peter Witkin, en regard de quelques-unes de ses photographies.

(*) « J'ai trouvé la Vénus de Vénus, Pan et le Temps dans un bar de San Francisco. La photographie est un hommage à sa vie faite de crainte et de misère et à son désir désespéré d'atteindre la joie. » J-P Witkin



~ Autres Collections
à l'initiative
de Claude Roffat ~



Collections monographiques ' La Petite collection ' - 1997

Livres d'artistes & fac-similés

Ouvrages posthumes de Philippe Dereux - 2001
La découverte à Lyon - galerie LE LUTRIN de Paul Gauzit - des oeuvres de P. Dereux par Claude Roffat en 1987 a déclenché chez ce libraire parisien - Librairie Pleine Marge  jusqu'alors spécialisé dans le surréalisme, le dadaïsme - sa vocation de galeriste d'art hors-normes.

Carnets de dessins

Collection de livres d'enfants pour adultes.



~ Des expositions collectives
ont réservé une belle consécration
à l'Oeuf sauvage ~


• à la Halle Saint Pierre, Paris, en 1998
à la galerie Alain Paire, Aix-en-Provence, en 2008
à l'abbaye d'Auberive, en 2009
Ancienne abbaye cistercienne en Haute-Marne, réhabilitée et où a été ouvert un centre d'art contemporain, en 2006

A l'occasion de cette dernière exposition :

~ Parution d'une plaquette en hommage au travail et à la personne de Claude Roffat



Parmi les nombreux témoignages :

« [. . .] Il a inventé le langage des intelligents, des sensibles, des vrais . . . [. . .] » Jean-Claude Volot

«  [. . .] Je l'ai connu rue Henry-Monnier, dans cette galerie où il exposait Dereux et Bettencourt [. . .] ses choix dans l'oeuf sont ceux d'un instinctif érudit qui aurait la tête dans les étoiles avec l'oeil pour les capturer [. . .] » Olivier Vanuxem

« L'abbaye d'Auberive a depuis longtemps marqué son attachement à la démarche de Claude Roffat, écrivain, éditeur. Libraire autrefois. [. . .]
C'est par le numéro 2 d'Enfers que j'ai non seulement découvert la peinture de Jean Rustin mais aussi votre talent d'écrivain et de créateur de livres. [. . .]
[. . .] par l'oeuf, par cet oeil auquel je rends tous les hommages, je réalise plus que jamais que c'est le monde entier que vous portez dans votre coeur et qui demeure en votre âme. Vous nous le transmettez dans son exactitude poétique. [. . .] » Charlotte Waligora

* 

~ Publication de 'Une histoire de l'oeuf ' par Claude Roffat. - Éditions de l'Abbaye d'Auberive -



Histoire de l'Oeuf, 
Éditions de l'Abbaye d'Auberive, 2009 
– 18 euros -

Pour aller plus loin sur Claude Roffat et l'Histoire de l'oeuf → Dossier de presse → ici



~ L'Oeuf sauvage

Numéros disponibles ~


Alors que le N°11 est attendu pour l'automne 2012 ► ARTICLE COMPLET ICI , sont toujours disponibles :

N°10 – Automne 2011 : Jean RUSTIN par Claude ROFFAT ; L'art magique de Patrice CADIOU par Joël GAYRAUD ; Marilena PELOSI par Laurent DANCHIN ; Ronan-Jim SÉVELLEC par lui-même ; Les statues-menhirs par Aurélien PIERRE ; GHISLAINE par Claude ROFFAT - 18 euros – Présentation du numéro, avec nombreuses photos → ici




N°9 automne 1994 : Aloïse ; Ferdinand Cheval ; Jano Pesset ; La peinture naïve ; Andrée et Jean Moiziard ; Les Kachinas - 15 euros -

N°5 automne 1992 : Joseph Crépin ; Fred Deux ; René Moreu ; Bertrand Dormy ; Masques esquimaux ; Yves le Fur - 15 euros -

N°3 mars-avril 1992 : Picassiette ; Louis Pons ; Gilbert Pastor ; Unica Zürn ; Séraphine Louis - 15 euros -

N°1 octobre-novembre 1991 : Yolande Fièvre ; Marie Morel ; La constellation Breton ; Le Carré-Galimard ; L'autre Fragonard - 15 euros -



COMMANDE ET TOUTE CORRESPONDANCE :

Claude Roffat – L'oeuf sauvage –
1 bis, rue de Châteauredon
13001 MARSEILLE

Tél : 04 91 33 61 88



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire