© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE

© Bannière de mon BLOG APPAIRAGES ART Isabelle DALBE
CLIC SUR PHOTO → POUR ACCES à GALERIE APPAIRAGES

La carte du JE

Ma photo
BLOG ART et POESIE : OÙ VA ÉCRIRE ? — POETE — © APPAIRAGES ART

lundi 19 juillet 2010

Pierre PEUCHMAURD L'IVRE MORT DE LIERRE et LE BUREAU DES ÉPAVES, ÉDITIONS Pierre Mainard - Les très riches heures à lire le poète Pierre Peuchmaurd




Pierre Peuchmaurd  
© photo Antoine Peuchmaurd 
→ site Antoine Peuchmaurd



°

Livres mots-or de l'Hier

et de l'Aujourd'hui :


Sur la branche de Breton, la lumière chaude de Pierre Peuchmaurd – sans être aucunement dans l'ombre de Breton - est une voix haute.
Le miroir se souvient avec précision qu'André Breton n'appartient qu'à André Breton et que Pierre Peuchmaurd n'appartient qu'à Pierre Peuchmaurd.
Des papillons ont poussé le feu de la rose sous la chemise de ces deux inflexibles poètes. L'écriture somptueuse du cadet n'ayant rien à envier à celle de l'aîné. Leurs fougères au long oméga racontent les images enflammées de ' l'or du temps ' plantées dans un ' bel ' vert lucide.


°



« Et voici que quelqu'un prend le boulevard Bonne-Nouvelle et vous le montre. C'est une annonciation, et c'est la seule, il n'y en aura plus d'autre. D'un coup, on est libéré des prophéties, à jamais. Ou alors, il faudra qu'elles aient toutes des yeux de fougère. D'un coup on est libéré de vieillir, libéré d'être jeune. La vraie gloire est partout, puisqu'elle est ici et maintenant, aussi absente que la vraie vie, aussi présente. L'or du temps n'est pas une légende dorée, il est l'objet d'une quête griffée de hasard; il s'agit seulement de ne point (trop) démériter. On peut vivre.
Et le temps peut passer avec ses décennies. L'aigrette aux tempes (le goût, le besoin de l'aigrette) nous empêchera de devenir de vieux séducteurs. Bien trop occupés à être séduits, n'est-il pas vrai ? ( . . . ). »
Pierre Peuchmaurd – Colibris et princesses – L'Escampette Editions




°



« J'ai pris, du premier au dernier jour, Nadja pour un génie libre, quelque chose comme un de ces esprits de l'air que certaines pratiques de magie permettent momentanément de s'attacher, mais qu'il ne saurait être question de se soumettre. Elle, je sais que dans toute la force du terme il lui est arrivé de me prendre pour un dieu, de croire que j'étais le soleil. Je me souviens aussi – rien à cet instant ne pouvait être à la fois plus beau et plus tragique – je me souviens de lui être apparu noir et froid comme un homme foudroyé aux pieds du Sphinx. J'ai vu ses yeux de fougère s'ouvrir le matin sur un monde où les battements d'ailes de l'espoir immense se distinguent à peine des autres bruits qui sont ceux de la terreur et, sur ce monde, je n'avais vu encore que des yeux se fermer. » A. Breton – Nadja - Gallimard





°


Livres mots-or de l'Aujourd'hui :


Après la translation par P. Peuchmaurd des haïku de ISSA – Recueil illustré par Robert Lagarde - aux Editions La Morale Merveilleuse-, 2010
L I E N : ici 

°


Aux Editions Pierre MAINARD 14, Place Saint-Nicolas 47600 Nérac
viennent -récemment- de paraître deux livres - avec des textes inédits - du poète Pierre Peuchmaurd :




L'Ivre mort de lierre
(plusieurs poèmes)
 8 euros


COLOMBES – Poème intégral -

Fer rouge grillant
tout l'espoir de la chair
et de pâles léopards
armés de gueule en cap

Sur le quai les jeunes filles
agitent leurs squelettes
leurs seins à venir
leurs bonbons froissés

La guerre leur prend la taille
la guerre leur mord les dents,
elles ont dix-sept ans
et notre vieillesse

La fumée dissipée
elles baissent leurs yeux gris
Guillaume Apollinaire
n'est pas encore passé



° ° ° 



Le bureau des épaves
(plusieurs opuscules de poèmes)
12 euros



« Poupées de granit et de sels d'or,
pastille des près, chevaux de trace,
les choses des mots passent dans l'air lourd
avec leurs ailes, avec leurs chaînes
Poupées des prés, pupille du puits »
- extrait d'un opuscule -





°
Livres mots-or de l'Hier :


Pierre Peuchmaurd dont l'écriture « déploie avec concision, grâce, sensualité et violence » (*), est présent sur la scène de la poésie française depuis 1968.
« Né à Paris en 1948, décédé le 12 avril 2009, il a vécu près de 40 ans en Corrèze où il animait les Editions MYRDDIN. Son écriture et sa vie s'inscrivent dans la continuité de la démarche surréaliste avec une voix et une sensibilité uniques. Son oeuvre poétique abondante commence juste à être reconnue pour l'une des plus justes, des plus fortes de notre temps. » B. Chaput

(*) Marc Blanchet – Le Matricule des Anges, juin 2004


°

Tout fidèle lecteur et tout nouveau lecteur est destinataire des repères bibliographiques précieux cheminant sur la page de garde du recueil de P. Peuchmaurd ' L'Ivre mort de lierre ' . . .


Du même auteur :

► Plus vivants que jamais, Robert Laffont, 1968
► L'Herbe verte, illustré par Jacques Abeille, Le Castor astral / Même et Autre, 1981
► Poème du Mélange, Privat, 1982
► L'Oiseau nul, Seghers, 1984
► Le bel endroit, Le Dé bleu, 1987
► Maurice Blanchard, Poètes d'aujourd'hui / Seghers, 1988
► Le Crabe violoniste, illustré par Jorge Camacho, Pierre Bordas & fils, 1991
► Les Bannières blanches, illustré par Robert Lagarde, Fata Morgana, 1992
► Le Diable, illustré par Jorge Camacho, L'Embellie roturière, 1993
► Le secret de ma jeunesse, Haldernablou, 1993
► Arthur ou le système de l'ours, illustré par Robert Lagarde, L'Ether vague / Patrice Thierry, 1994
► Nuits de nacre, sur des photographies de Patrick Fabre, Editions du Laquet, 1995
► Mille oiseaux la poussière, La Maison de verre, 1995
► Parfaits dommages, illustré par Nicole Espagnol, L'Oie de Cravan, 1996
► Val Noir Marie-Ange, illustré par Jean-Pierre Paraggio, Collection de l'Umbo, 1996
► Lisière lumineuse des années, L'Air de l'eau, 1997
► Pour solde de tout rêve, illustré par Hervé Simon, Atelier de l'Agneau, 1998
► A l'usage de Delphine (Fatigues I), illustré par Jean Terrossian, L'Oie de Cravan, 1999
► Le Loir atlantique, illustré par Florent Chopin, Cadex Editions, 1999
► Courtoisies, La Morale Merveilleuse, 1999
► Email du monde, Atelier de l'Agneau, 2000
► Histoire du moyen âge, illustré par Françoise Staar, Haldernablou, 2000
►Encyclopédie cyclothymique, illustré par Jean-Pierre Paraggio, Cadex Editions, 2000
► Bûcher de Scève, L'Escampette, 2002
► L'Immaculée Déception ( Fatigues II ), illustré par Jean Terrossian, Atelier de l'Agneau, 2002
► L'Oeil tourné, illustré par Hervé Simon, Cadex Editions, 2003
► Colibris et princesses, L'Escampette, 2004
► Au chien sédentaire, Pierre Mainard, 2005
► Le Tigre et la chose signifiée, L'Escampette, 2006
► La Rousse, Pierre Mainard, 2006
► Le Moineau par les cornes ( Fatigues III ), illustré par Jean Terrossian, Pierre Mainard, 2007
► Scintillants squelettes de rosée, Simili Sky, 2007
► Fragments de cerf, illustré par Jean-Pierre Paraggio, Collection de l'Umbo, 2007
► Parfaits dommages et autres achèvements, L'Oie de Cravan, 2007
► Alices, illustré par Georges-Henri Morin, Les Editions de surcroît, 2008
► Le Papier, Le Cadran ligné, 2009
► Le Pied à l'encrier, Les Loups sont fâchés, 2009
► Histoire du moyen âge, illustré par Georges-Henri Morin, Les Editions de surcroît, 2009
► Rouge, c'est-à-dire rouge, Les Loups sont fâchés (éd. Hors commerce), 2009
► L'Année dernière à Cazillac / Last year in Cazillac, L'Oie de Cravan (éd. bilingue français-anglais), 2010 – Collection Le fer et sa rouille – Plaquette non coupée, cousue à la main – 10 euros
Pour ce dernier ouvrage écrit en prose il s'agit « d'un magnifique ensemble de fragments autobiographiques qui se concentrent sur un espace de temps relativement bref, un passage de la vie de l'auteur, pour avancer en profondeur vers ce qui est au centre de sa démarche de poète. Ceci avec l'amertume souriante d'un grand styliste qui peut se permettre une douce auto-dérision (. . . ). » Benoît CHAPUT, Editeur de L'Oie de Cravan → site ici 

       ◘ Commentaire de Thierry Horguelin → ici 




ET PROCHAINEMENT en 2010/2011
'' Pierre Peuchmaurd '', par Laurent Albarracin, anthologie, Collection Présence de la poésieEditions des Vanneaux

Accès à cet ouvrage indispensable → ici




Sur ce blog : Hommage permanent à Pierre Peuchmaurd (photos et bibliographie) → ici




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire